Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout feu, toute Flamme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Tout feu, toute Flamme   Mar 10 Fév - 16:21

Tout allait très vite. A peine sortie de la crypte, elle faisait ses premières rencontres. On lui donna des vêtements. On lui donna aussi le nom de Flamme et elle fut intégrée à la communauté des Hautemaisons, dans le marais. Il y a avait une chose qu’elle ne supportait pas dans cette région : La pluie. Trop d’eau, partout. Et l’eau, elle n’aimait pas ça.

En visitant le défilé, elle découvrit la grotte de la Horde Blanche. A l’entrée, la pancarte ne l’arrêta pas. Elle entra. Il y faisait bon. Il n’y avait personne. Au fond d’une galerie, elle tomba sur quelque chose d’étrange. Une grosse flamme qui avait une vague forme humanoïde et qui semblait la regarder arriver. Elle fut surprise de constater que cette flamme vivante lui parlait. C’est ainsi qu’elle lui apprit à lancer des éclairs.

Près de la chapelle en ruine, elle découvrit aussi une fleur. Une vie dans un endroit où toute vie semblait improbable. La fleur lui parla aussi. Dans son esprit, elle lui apprit à soigner avec la magie des esprits. Flamme ne s’en étonna pas trop. Elle se dit que ce devait probablement être comme cela pour tout le monde et qu’il était normal qu’une flamme et une fleur parlent et lui apprennent des choses. Elle décida de revenir les voir régulièrement.

La pluie ne dérangeait pas les autres. Ils avaient plutôt tendance à se méfier du feu. Ils ne s’en approchaient pas trop. Flamme était fascinée et attirée par le feu. Au point de la toucher. Celui qui brûlait l’autel de Hautemaisons. C’est ainsi qu’elle constata que la feu ne la brûlait pas. Et c’est ainsi aussi que, quelques temps après, elle put entrer dans le pays rouge que d’autres êtres de feu gardaient des intrus.

Elle avait expliqué à Lune qu’elle n’était pas une intruse puisse que les êtres de feu la laissaient passé. Mais Lune ne voulut rien savoir et menaça Flamme. C’est ainsi qu’elle comprit que, pour ne pas énerver les gens et chercher des ennuis, il valait mieux ne pas les contrarier. Alors elle fit demi-tour avec l’intention d’attendre cachée dans un coin que Lune s’en aille pour repasser un peu plus tard. Mais Lune ne s’en alla pas. Elle se mit à parler au grand être de feu en lui donnant le nom de Irmansuul. Ce qu’ils se dire intéressa fortement Flamme.

C’est grâce à Kobert qu’elle put se faufiler pour entrer dans le pays rouge. Il appela Lune pour lui parler. Flamme profita d’un instant d’inattention de l’elfe. Mais elle n’échappa pas à Irmansuul qui la rattrapa et lui parla en l’appelant "petit Flamme". Il sembla plein de bonnes intentions à son sujet et il apprit ainsi que, si le feu ne la brûlait pas, c’était en raison d’un pacte passé avec ses frères, il y a très longtemps. Flamme ne chercha pas à en savoir plus sur le passé pour l’instant. Elle était heureuse d’avoir trouvé un pays où il ne pleuvait pas. Elle revint avec un petit air triomphal et arrogant devant Lune qui dut l’accepter.

Ce monde semblait rempli de petits secrets. Et cela l’amusa. Tous ces petits secrets avec lesquels il faudrait apprendre à jouer. Oui, c’était un bien un jeu et Flamme commençait à trouver ce monde extrêmes captivant.

Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Mer 17 Juin - 19:34

Depuis le fond de la grotte où elle avait vécue quelque temps, Flamme cherchait ce qui avait changé depuis son arrivée en ce monde. S’il n’y avait eu cet événement inattendu de la veille au soir, elle se serait dit que rien n’avait changé. A part peut-être une plus grande solitude. Depuis un nombre de jours qu’elle ne comptait plus, elle n’avait rencontré personne. Pas même Roc. Mais pourtant, elle se sentait étrangement bien dans sa peau car la veille au soir, justement, elle avait rencontré une personne qui provoqua un changement. Celle-ci lui avait demandé de la suivre dans l’impressionnante Tour du Maître. Flamme était émerveillée par la grandeur et la splendeur de cette demeure qui lui était jusque-là interdite. Mais ce n’était pas tout. La fille de la Tour lui parla du feu. Flamme lui répondit librement et sans détour de sa relation avec Irmansuul. À aucun moment, elle se sentit jugée, désapprouvée ou suspectée. Elle en parla sans rien cacher et, malgré une allusion aux misères que Lune et Soleil avaient fait subir à Harmonie, la fille de la Tour ne montra aucun signe d’hostilité. En fait, elle avait besoin de la force d’un seigneur du feu pour attiser la grande forge de la Tour.

Flamme était enfin sollicitée pour ce qu’elle était, simplement comme elle était : une fille du feu. Irmansuul n’était ni bon ni mauvais. Ça, Flamme l’avait compris, depuis longtemps. Il était juste un seigneur de feu, avec une âme de feu, un comportement de feu et une volonté de feu. Comme Flamme était elle-même de feu, elle se sentait naturellement une disciple de ce Seigneur duquel elle apprenait beaucoup. Mais là, ce fut quelqu’un d’autre qui le comprit : Tempérance. Les filles de la Tour ont bien quelque chose de différent des autres éveillés. Est-ce l’influence du leur Maître qui veut cela ? Sans doute !

Il ne restait plus à Flamme que d’aller demander à son seigneur ce s’il accepterait d’aider les gens de la Tour et ce qu’il demandera en échange.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Jeu 20 Aoû - 20:18

Une autre fois, ce fut Papillon qui vint la voir pour lui demander un service. Le but, Flamme ne l’avait bien saisie, mais elle n’avait pas envie de rater une occasion d’utiliser ses compétences particulières pour rendre service. Papillon voulait que Flamme demande à Irmansuul de changer des essences de feu ordinaires en supérieures. En fait, les choses ne se passèrent pas tout à fait comme elle l’avait imaginé. C’est le feu de la forge d’Evigil qui permit de modifier les essences de feu pour qu’elles correspondent à ce que Papillon voulait. Et ce n’était pas plus mal.

Le temps ne passe pas toujours à la même vitesse. Il est comme le feu qui, parfois, consume lentement le bois de l’âtre et, d’autres fois, dévorent tout en un instant dans un immense incendie. Ravage était venu voir Flamme et lui avait parlé des terres jaunes de l’ouest. Elle décida de s’y rendre. Peut-être que cette terre lui conviendrai car, d’après Ravage, il n’y pleut que très rarement. Elle s’enthousiasma à cette idée sans toutefois trop le montrer.

Mais une autre nouvelle vint gâcher sa joie. En fin de compte, les gens de Hautemaisons envisagent de s’installer plutôt dans la forêt verte. Déception ! Il pleut tout le temps, dans cette forêt. La pluie était un vrai souci pour Flamme. Imaginez une qu’une braise tombe dans votre main. Une goutte d’eau sur la peau e l’elfe lui fait à peu près le même effet mais en froid. C’est insupportable ! Assise au pied du mur d’une des maisons de la ville au sud des terres jaunes, elle songeait que, toute sa vie, elle devrait porter ce fardeau. Pourquoi avait-elle cette impression d’être seule au monde ? Des désires subtiles se lovaient dans son corps, lui rappelant qu’elle n’était pas qu’une flamme mais aussi une femme, une elfe bien adulte. Les dernières visites de Ravage le lui avaient rappelé de façon presque cruelle. Elle se caressa les épaules, fit tomber son plastron d’écailles... La suite n’appartiendra qu’à elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Mar 1 Déc - 13:57

Une commande un peu particulière. Manon, était venue jusqu’aux Terres Brûlées, sur les ordres de Rosa, pour rencontrer Flamme. Celle-ci avait déjà travaillé pour la tour il y a quelques temps en aidant à la remise en route des forges du Maître. Cette fois, il s’agissait d’aider dans la lutte contre un fléau qui s’attaquait au savoir du monde, un fléau provoqué par la pratique intensive de la magie arcanique elle-même.

D’après ce qu’avait compris Flamme, des moisissures dévoraient le contenu des livres et les rendaient illisibles. Des élémentaires de feu faisaient ce qu’ils pouvaient pour enrayer le fléau en brûlant les livres contaminés et en éliminant les moisissures et c’était un travail auquel les insectes de Tempérance contribuaient largement. Mais depuis que ces derniers avaient dû être évacués en raison de leur dangerosité, les élémentaires ne suffisaient plus pour faire face. Quoi de plus indiqué qu’une spécialiste du feu pour trouver une solution ?

Tempérance ne voyait pas cela d’un bon œil. Outre qu’il lui est difficile d’admettre son échec et son laxisme dans la gestion de ce problème, elle n’aimait pas l’idée de voir une éveillée déambuler librement dans les zones interdites de la Tour. Un accès à tout ce savoir pour une extérieure, c’était impensable. « Ce sont les ordres du Maître. Cesse donc de contester sans arrêt les décisions de celui qui tu appelles toi-même" ton Maître" » lui lança Manon.

Seule dans la bibliothèque, Flamme réfléchissait à une solution. Elle réfléchissait aussi à ce qu’elle pourrait demander en récompense mais, ça, elle en avait déjà une idée assez précise. Elle se mit à prier Irmansuul de l’y aider. Il était certain qu’il entendrait. Elle avait quelques essences de feu supérieures avec elle. Elles furent d'une grande utilité pour attiser les élémentaires et les rendre plus ardents dans leur travail. Les Moisissures, d'après les filles de la Tour elles-mêmes, avaient grossi et s'étaient renforcées. Rendre les flammes plus mobiles et plus offensives n'était pas si difficile, c’était un peu comme on attise l'âtre quand il retombe. Durant trois jours, Flamme arpenta toute la bibliothèque, de bas en haut, avant de s'apercevoir que son travail portait ses fruits. Elle s'accorda quelques moments de repos et en profita pour lire quelques ouvrages découverts au hasard de ses déplacements, tel que "Les dieux très anciens et l'ordonnancement d'Azeroth", ou "Sur les Terrestres et les origines d'Azeroth".

« J'aimerais un vêtement qui me protège de la pluie. » La demande pourrait paraître très modeste aux yeux d'une personne ordinaire. Mais pour Flamme, qui ne pouvait sortir dehors sous la pluie sous peine de subir des souffrances terribles et une perte de force conséquente, c'était un don extraordinaire qui pourrait changer sa vie. Ce dont lui fut accordé et sa vie changea. Entre temps, elle avait rencontré Bouclerouge avec laquelle le courant passait bien. Celle-ci lui proporsa d’aller tester sa nouvelle tenue protectrice dans la Forêt Verte. « Il pleut presque toujours, là-bas » lui dit-elle.

« Je ne fais pas trop peur ? Les gens ne vont pas pensée que vont se brûler en m’approchant ? » Bouclerouge la rassura mais pas Papillon, qu’elles rencontrèrent en route, faillit s’enfuir en apercevant Flamme en flamme. Désormais, elle portait bien son nom avec sa robe de feu. « Elle a été étudiée pour ne pas nuire aux autres » avait affirmé Rosa. C’était vrai mais ça ne se comprenait pas du premier coup d’œil.

Etrangement, il ne plut pas une goutte pendant tout le trajet ni même dans la Forêt Verte. Pour se reposer et bavarder un peu, les trois elfes s’installèrent dans la maison commune du village, Bouclerouge et Papillon, s’assirent dans la salle et Flamme, dans le foyer. La discussion porta que la Lumière, l’Ombre, les dieux, les esprits élémentaire. Décidant de prendre un peu l’air, Bouclerouge se leva pour aller dehors. « Enfin la pluie ! » s’exclama-t-elle. A la fois craintive et curieuse, Flamme osa un pied dehors. Puis un deuxième. Puis elle se mit à danser en l’honneur du Seigneur du Feu, défiant ainsi celui de l’Eau qu’elle ne craindrait désormais plus quand il la menacerait du ciel.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Mar 15 Déc - 21:16

Elle approcha sa main de l’étrange feu liquide et ressentit un picotement qui provoqua un réflexe de recul de son bras. Pour la première fois depuis la sa sortie de la crypte, elle ressentit une sensation de brûlure. Etais-ce bien réel ? Ou était-ce son insensibilité au feu normal qui en était une, une sorte de persuasion psychique qui la poussait à croire si fort que le feu ne brûle pas qu’il ne la brûlait effectivement pas ? Une cloque s’était formée à la surface de sa peau, au bout de l’un de ses doigts. Si illusion il y avait, elle était dissuasive. « Je n’y mettrait pas les pieds » se dit-elle en reculant. Elle retourna voir Bouclerouge qui sommeillait dans la mine.

Elle s’endormit à son tour. Des images se formèrent dans ses rêves mais, à son réveil, elle ne se souvint que de l’une d’elle. C’était sans doute une vision ce que lui avait révélé l’être de lave qui lui avait parlé la veille. Un tourbillon de flamme, comme une colonne, s’élevait vers un toit de pierre. Tout cela se passait très au fond de la terre. La tornade de feu se mit à parler avec une voix qui faisait trembler le monde tout autour. Flamme ne compris pas mais elle sentait que c’était un appel. Elle se réveilla alors que Bouclerouge dormait encore. Son étrange petit compagnon n’était pas là.

Ces montagnes et ces terres brûlées avaient un sens. Flamme ne le savait pas encore mais au fond d’elle-même une décision avait été prise. Sans doute que cela avait une grande importance pour son avenir. Lui-seul en décidera.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Lun 21 Déc - 10:59

Accompagnée de sa nouvelle amie, Bouclerouge, Flamme était de retour à Comté de l’Or. C’était, d’après les livres qu’elle avait lu par ci par là et, notamment, à la bibliothèque de la Tour du Maître quand elle y fit son séjour, le nom ancien du village qui servait maintenant plus ou moins de capitale à tous les éveillés hormis quelques exceptions. Hautemaisons, cela ne voulait désormais plus dire grand-chose. Ce n’était plus qu’un hameau fait de quelques huttes primitives montées sur pilotis, pas une communauté organisée. La tentative de Brume et Limiia de bâtir une telle communauté des éveillés c’était soldée par un échec cuisant en raison du refus de certains de comprendre son intérêt et aussi du caractère particulier de ses initiatrices. Evigil n’était qu’un ramassis de sauvages qui refusaient de sortir de l’âge de pierre et Croc-noir restait désespérément très animal. La belle idée d’une grande communauté sans chef, sans structure, libre et sans contrainte n’avait conduit qu’à un éclatement des tous les éveillés à travers le monde connus – et même inconnu, pour certains. Cela avait conduit à les voir se dresser les uns contre les autres, à se déchirer, s’assassiner... Bref, cela n’a conduit qu’au malheur et à la mort de beaucoup d’entre eux.

Une lueur c’était allumée dans l’esprit de Flamme. Quoi de plus naturelle pour une fille de feu ? Cette lueur-là de brûlait pas d’un feu impétueux, mais illuminait son esprit. Une vision. Il fallait organiser la communauté. Chacun devait avoir un rôle clair et précis à jouer de façon à ce que l’ordre s’établisse et que les nuisibles ne puissent plus briser les rêves d’avenir et tourmenter les rêveurs. Il était temps de bâtir la future nation des éveillés, et qu’elle prospère.

Il fallait lui trouver un nom. Un nom à la hauteur de l’ambition. D’après les mêmes livres que cités plus haut, le monde qu’ils foulaient tous de leurs pieds ou de leurs sabots s’appelait Azeroth. Pourquoi pas ce nom ? La nation d’Azeroth ! Et ils s’appelleraient non plus les "éveillés" mais les "azerothiens". Ceci sonnait bien mieux, du moins, dans les oreilles mentales de Flamme.

La première chose à faire était de mettre en place un moyen de communiquer qui permette de toucher tout le monde. Il y avait la peau pendante sur la place du village. Tout le monde pouvait la lire. Il y avait aussi cette étrange idée dont lui avait parlé Harmonie : Une boîte à message. Flamme ne voyait pas trop comment cela pouvait fonctionner, mais c’était à étudier.

Ensuite, il fallait organiser une grande assemblée générale de tout le monde. Et tant pis pour ceux qui ne seraient pas là. Personne ne les obligerait à venir, mais personne ne les en empêcherait non plus. Contente de ses trouvailles, et après une longue discussion sur le sujet avec Harmonie et Bouclerouge, Flamme s’endormit avec la joie et la paix au cœur. Elle avait hâte d’être au lendemain et de se mettre au travail.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Lun 18 Jan - 1:58

« Irmansuul pourrait apparaître la, peut-être, si je le lui demandais. » Les yeux rivés sur l’âtre de la maison commune, Flamme repensait à ces mots qu’elle avait lancés à Harmonie. Elle voyait à nouveau la montagne de feu, ce qu’elle considérait comme le cœur du monde. Elle revoyait ses torrents de roche embrasée qui dévalaient ses flancs en rivières de sang, le sang de la terre. Une terre à fleur de peau, une écorchée. On voyait palpiter sa vie la plus profonde.

« Je pense que je vais remonter vers le nord. » C’est étonnant comme quelques mots peuvent déchaîner des passions chez ceux qui ne font que les recevoir. Dites à ceux qui vous regardent de haut que vous les quittez et ils vous accuseront de toutes les lâchetés. Mais peu importe. Le cœur du monde n’attend plus. Il y a quelque chose qui l’empêche de battre normalement. Quelque chose qui provoque toute ces malaise chez les éveillés. Quelque chose que Flamme était bien déterminer à trouver, surtout après ce qu’elle avait appris d’un élémentaire de lave qui semble monter la garde par là.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Ven 12 Fév - 23:43

« Je crains que peu ne comprennent ce que nous faisons et ne jugent tout qu'en surface. Le monde est si profond qu'il reste impénétrable au commun. Pourtant, le commun a tant de sagesse. Il est sans doute aussi profond que le monde lui-même, mais ne le sait pas. Seule, la poésie peut le décrire vraiment. Aucun livre ne le peut. » Flamme poussa un soupir. « La solitude est mon ami. »

Elle regarda Brume s’enfoncer dans la pénombre de la nuit. Elle partait pour un inconnu pourtant pas si lointain, celui du Rêve. Chacun poursuit ce qu’il croit être son rêve. Celui de Flamme était à la fois proche et lointain. Proche parce qu’elle l’avait sous ses pieds. Elle le respirait, s’en nourrissait. Mais lointain parce que l’idéal à atteindre était hors de portée. Il fallait s’accrocher à son image et, malgré l’obscurité qui ne manquait pas de vouloir le cacher à ses yeux, ne jamais le perdre de vue.

Flamme brûlait d’un désir sourd de plonger dans le brasier des profondeurs du ce monde. Mais les affaires des éveillés la retenaient à sa surface.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Ven 20 Mai - 18:08

Le seigneur des flammes était agité, comme à son habitude, il semblait n'avoir aucunement conscience de la présence de Flamme mais elle savait qu'il n'en était rien. Il tournait en rond et sur lui-même car son impétuosité le rendait nerveux. Il semblait prêt á bondir à tout moment pour embraser l'univers de sa chaleur dévorante et Flamme aimait cette fougue retenue, cette énergie en réserve qui pourrait être libérée à tout moment en cas de besoin.

Elle avait quelque chose à apprendre. Elle devait lui demander comment le feu est capable d’apparaître en plusieurs lieux à la fois. Elle avait vu l'ardent cœur de la terre, là où la roche devient liquide. Si le cœur est le centre et que la lave est le sang qu’elle pulse à travers le monde, alors ne pourrait-elle pas emprunter les voix ardentes pour voyager rapidement d’un point à l’autre du monde ? Irmansuul entendait ceci et lui répondit : « Tu brûles déjà d’une grande chaleur, fille du feu. Mais pas assez pour plonger dans le sang de la terre. Sache que mes enfants et moi-même ne faisons qu’un. Si tu es fille du feu, alors tu peux ne faire qu’une aussi avec mes enfants et si tu allumes cette nouvelle croyance au fond de toi, mes enfants pourront te transporter là où tu le leur demanderas. Du dois d’abord te faire accepter par eux. »

Ça semblait simple, en apparence. Mais, même si les enfants d’Irmansuul respectaient Flamme, ils ne lui parlaient guère et ne l’écoutaient pas toujours. « Ô Seigneur Irmansuul ! » pria-t-elle « Puisque tu es leur père, et que tu m’acceptes comme ta fille, peux-tu toi-même m’aider à me rendre à la Montagne de feu des terres de cendres ? Une fois là-bas, je rechercherai l’un de tes fils qui me considérera comme sa sœur. »

Irmansuul ne répondit pas tout de suite mais il accepta. « Revient me voir quand tu le désireras, ardente mortelle ! » Flamme disparut subitement, ne laissant qu’une légère petite fumée flottant au-dessus du sol à l’endroit où elle se tenait, et qui se dissipa en moins de cinq secondes.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Lun 30 Mai - 10:01

Convaincre un frère de Flamme ne fut pour elle pas très compliqué. Il fallut toutefois sacrifier quelques gouttes d’eau en les évaporant afin de récupérer leurs essences. Mais la facilité n’était pas ce que Flamme recherchait. Pouvoir de rendre dans des terres plus imbibées d’eau serait bien plus compliqué et, surtout, avec des habitants qui craignent le feu.

Nuktela lui avait fait faire le tour de la forêt verte à la recherche d’un lieu propice à l’embrasement. Il fallait que ce soit ni trop près, ni trop loin des lieux habités par les éveillés. Il fallait aussi éviter que le feu ne gagne toute la forêt. Vers l’est, il y avait une tour qui pouvait faire l’affaire. En fait, elle était comme grande cheminée qui pouvait abriter un foyer et un élémentaire de feu digne de la mission qui lui incomberait. Flamme refit plusieurs fois le tour de la forêt seule avant de décider que ce serait cette tour. Il ne restait plus qu’à trouver un rituel pour enflammer tout cela.

Plusieurs jours passèrent. Nue devant le foyer qu’elle avait allumé au centre de la tour, Flamme psalmodiait une étrange phrase dans une langue que seuls les parle-esprits peuvent comprendre. De temps en temps, elle jetait une essence d’eau dans les flammes, provoquant ainsi un crépitement et un petit nuage de vapeur qui montait au-dessus du feu vers les voutes boisées de la tour. L’escalier commençait à s’embraser. Au centre du feu se format un tourbillon ardent. La magie prenait corps et un petit élémentaire de feu jaillit tout à coup du tourbillon pour commencer une ronde mystique autour du foyer.

« Ma sœur me demande ? Ma sœur m’a trouvé une maison ? Ma sœur est bonne et peu me demander ce qu’elle désire. »

Ainsi répétait sans cesse l’élémentaire.

« Ta sœur t’aime. Ta sœur t’a trouvé un foyer d’où tu peux t’échapper. Ta sœur de demande de veiller sur ce foyer pour qu’il soit maintenu constant et ta sœur souhaite aussi que tu lui permettre d’aller dans la maison du Maître immédiatement. »

Ainsi résonnèrent les mots de la sœur du feu trois fois avant de disparaître dans un petit nuage de fumée bleue qui se dissipa en moins de cinq secondes.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   Dim 9 Juil - 21:48

Flamme revenait des terres de cendres. Elle se sentait un peu lasse et un léger vague à l’âme la poussait à marcher machinalement, sans véritablement regarder où elle mettait les pieds. Jusqu’à ce que les moustiques assoiffés de sang qui infestaient les alentour de sa maison dans l’est de la forêt verte lui rappellent que la réalité n’avait pas disparue. C’était devenu un sport qui l’amusait presque, un peu comme faire le ménage autour de chez soi quand on sait que des amis qui voudraient venir nous voir et pourraient être incommodés par quelques négligences. Elle en tua un bon nombre avant de reprendre sa route vers le repos.

Sur le seuil, une forme étrange était agenouillée. Flamme la regarda avec surprise et méfiance avant de lui adresser la parole.

- Flamme : Qui êtes-vous ?
- La forme : Une personne que tu connais déjà mais que tu n'as sans doute pas vue depuis bien longtemps.
- Flamme : Donne-moi ton nom et je te reconnaîtrais peut-être !
- La forme : Morgenkriss est mon nom. Mais tu me connaissais sous un autre nom : Celui de Blanche.
- F : Blanche, la louve sauvage de la forêt sombre ? Je suis  moins surprise, du coup.

En effet, l’aspect de Morgenkriss ressemblait beaucoup à un loup. Elle avait un masque qui lui couvrait la tête pour moitié. Et ce masque était une tête de loup évidée et posée là comme un chapeau. Pour le reste, le corps de Morgenkriss était musclé mais donnait l’apparence d’une sorte de force clame et maîtrisée.

- F : Que fais-tu sur le seuil de ma maison ?
- M : Je 'attendais. Mais maintenant que tu es là, je n'attends plus.

Il y avait une sorte d’ironie dans cette réponse, mais sans méchanceté. Flamme jeta un œil vers le compagnon de Morgenkriss : Khaa.

- F : Khaa ?
- M : Lui-même.
- F : Il a bien grandi. C'est devenu un loup très fort, semble-t-il
- M : Il l'est
- F : Puis-je entrer chez moi ?
- M : Bien sûr. Bienvenue chez toi

Morgenkriss esquissa un vague sourire. Flamme entra et c’est la louve qui se retrouva sur le seuil de la porte. Ce qui, quelque part, remit les choses dans le bon sens.

- M : Puis-je entrer chez toi ?
- F : Hmm !... Fais donc ! Bienvenue chez moi ! J'espère que tu ne projettes pas de me dévorer toute crue.
- M : Pas du tout. J'aurais trop peur de me brûler la langue.
- F : Bien ! Alors que veux-tu ?
- M : On m'a dit au village que tu pourrais m'aider. Je cherche un peu de minerais de fer pour... me fabriquer un marteau.

Flamme était un peu étonnée par le simplicité de la demande et se dit qu’un peu de minerais ne coûtait pas grand-chose. Elle l’avait déjà fait pour d’autres.

- F : Je dois bien avoir ça quelque part. Il t'en faut beaucoup ?
- M : Non, trois pépites de bonne taille. C'est ce que demande Fappredur d'Evigil
- F : Frappedur ? As-tu demandé à Barbegrise ?
- M : Non !
- F : Tu devrais !
- M : En fait, c'est Toublanc qui les fournit mais je suis certaine que c'est Frappedur qui les forge.

Morgenkriss ôta son masque.

- F : Ah oui ! Je te reconnais mieux ainsi.

Flamme ne put retenir un sourire et, après avoir étudié son interlocutrice un instant, elle lui dit :

-F : Attends un instant ici, je vais voir en haut si je trouve de quoi te contenter.

Elle monta à l’étage, fouilla dans ses armoire pleine des trésors qu’elle recueille au fil fe se pérégrinations, certains n’aillent aucune valeur sauf pour elle. Elle rapporta trois blocs de minerais de fer et les tendit à Morgenkriss. Morgenkriss prit les minerais et les observa un moment.

- M : C'est exactement ça. Que désires-tu en échange ?
- F : C'est cadeau. Disons... pour célébrer ton retour.
- M : Je n'en demande pas tant. Mais, par cela, tu me laisses une dette. Es-tu sûre que tu ne veux rien en échange ?
- F : Il n'y aucune dette puisse c'est un cadeau. Mais disons que, en retour, tu m'offriras un peu de ton amitié.
- M : Cela me parait être le minimum que je puisse te rendre. Soit, alors, Soyons amies !
- F : As-tu besoin d'autre chose ?
- M : Non ! Je vais repartir pour apporter tout cela à Toublanc. Mais je reviendrai te voir et nous bavarderons un peu.
- F : Ça me va. Si tu ne me trouves pas ici, approches-toi du feu cherche moi parmi les braises.

Flamme vous sourit.

- F : Flamme, elles connaissent mon nom.
- M : Tu veux dire que je peux t'appeler en regardant le feu ?
- F : En murmurant mon nom devant lui, oui. Le feu détient des pouvoirs merveilleux.
- M : Certes ! Et bien je ferai cela. Que les dieux bienveillants te gardent.
- F : Que les éléments bienfaisants te guident vers l'accomplissement.

Flamme s’inclina devant Morgekriss qui le lui rendit avant de remettre sa tête de louve et sortir. Elle regarda vers son compagnon qui l’attendait dehors.

- M : Allons-y, Khaa

Flamme la regarda s’éloigner et se dit en elle-même :

- F : Surprenant ! En voilà une que je pourrais surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout feu, toute Flamme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout feu, toute Flamme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Contes et légendes-
Sauter vers: