Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les contes du Promontoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Les contes du Promontoire   Jeu 7 Mai - 21:41

Musique de lecture:
 

Un vent froid me fît trembler, ouvrant lentement les yeux, je vis de nombreuses personnes courir vers l'unique sortie du lieu où j'avais atterri, un lieu sombre et humide. Observant les environs, j'ai pu constater que j'étais perdu, étendu sur une montagne d'ossements, j'en pris un à travers ma poigne, observant celui-ci ainsi que ma chair dévêtu.

Il ne fallut pas longtemps avant que je comprenne, je viens de sortir d'un sommeil et qu'importe le lieu où je suis, je dois bouger ! Je me dirigeais en suivant le flux de mes semblables, j'ai dû plonger dans l'eau froide constatant la cruauté rassurante de ce lieu avec les pendus dans l'eau. J'avais peine à avancer, j'étais si faible. Me voici donc devant une grande gardienne, les panneaux précédents parlaient de choses qui ne me parlaient pas, cela ne m'informait en rien sur les choses qui allaient se dérouler. En sortant, il faisait aussi sombre qu'à l'intérieur du caveau duquel je sortais, l'environnement était cependant plus accueillant qu'avant. J'avançais entre les tombes, me dirigeant vers les livres avant de lire les choses que je pouvais comprendre, quelques temps après, je pris le temps de vérifier si rien ne pouvait me servir, j'ai pu constater la présence de bougies, que je pris comme un dû. Une immense tour s'élevait devant moi, je pouvais ressentir une source inconnue qui m'a glacé le sang, j'ai pris comme optique la fuite par la terreur, c'était sûrement colossal, et mieux serait d'attendre d'en apprendre plus.

Ma course me dirigea vers une immense terre marécageuse inconnue, après de long parcours dans la boue et ayant affronter des créatures horrible qui, je l'appris plus tard, s'appelaient des "troggs" je suis tombé dans une grotte, une très maigre grotte. Et je suis tombé sur un étrange ermite, j'ai discuter avec lui pendant un long moment avec des questions tournant toujours sur les même sujet au point d'en lasser mon interlocuteur : Qui suis-je ? Où suis-je ? Que faire ? Ou aller ? Quels dieux ? Qui est le Maître ?  Toutes les informations qu'il m'indiquait ne me satisfaisait pas ! En tout cas, le maître était le maître, et les dieux répondaient presque toujours, il fallait juste savoir distinguer le bon, du mauvais.

Chapitre I - Le Bon du Mauvais

Le vieil homme spectrale m'indiqua rapidement que les filles de la Tour auraient une réponse à mes questions. Faisant machine arrière, j'ai rencontré d'autres éveillés, sans même prendre la peine de leur parler, tout joyeux d'apprendre que quelqu'un allait enfin répondre à mes questions. Une femme répondant au nom de "Manon de la Tour" parut devant moi alors que j'attendais au seuil de la Tour. Elle était à la fois mystérieuse et charismatique, je ne savais pas vraiment comment réagir, mais puisqu'elle venait de la Tour je pris les devants et je m'inclinai chose qui a eu pour fin de compte un rire venant de mon interlocutrice "elle n'était pas une déesse", comme elle me répondit.

A partir de là, une conversation débuta, elle me demanda mon nom.. Chose à quoi je ne répondis rien et je restais stoïque. Après un court laps de temps de rédaction et un profond regard venant d'elle, celle-ci me répondit quelque chose qui m'a assez troublé : "Vous êtes bel homme, vous avez dû être un chevalier dans votre vie d'antan." Elle cita ensuite des noms de héros qu'elle connaissait mais qui ne me disait rien "Uther, Anduin, Varian", pour au final conclure sur "Je vous appellerai pour ma part Belhomme."

Ainsi, mon nom était choisi. J'allais être connu sous ce nom.

Après un long moment de discussion sur le domaine magique et la place des dieux dans ce monde, j'appris que je plaisais au maître pour mes ambitions et que l'ermite enseignait des pouvoirs magique aux méritants, puis je retourna prestement auprès de l'ermite. Celui-ci me répondit humblement que j'avais appris les choses essentiel pour commencer quelque chose dans la profondeur et il me demanda alors d'aller trouver une essence de feu, déjà que le nom ne me disait rien, j'ai farfouillé dans les marais avec célérité pour ne pas décevoir mon professeur. Il s'avérait qu'une créature, petite et semblable à une flamme animée, se retrouva devant moi, elle semblait être le genre de chose que l'ermite voulait de moi alors je me jeta dessus. Après un court mais intense moment j'en sorti vainqueur, avec l'essence de feu étrange en main.

Alors que je tendais les mains pour donner l'objet demandé au spectre du vieil homme il rétorqua brusquement "Tiens, vous êtes déjà là ? Vous êtes rapide." J'étais fier d'une tel réponse, je souris en ouvrant mes paumes, il consuma l'essence devant mes yeux, chose à quoi je paraissais si déçu, après un effort aussi méritoire.

Quelques instant ensuite, je fus consumé d'une vive douleur, comme un souffle chaud rampant sous ma peau et me consumant de l'intérieur sans même brûlé, ce n'est qu'après quelques instants d'inquiétude que j'en ressorti plus puissant encore, j'aimais cette sensation. J'ouvris les paumes et me concentra de toute ma volonté, avant de voir une flamme apparaître aux creux de celles-ci. J'étais content intérieurement, mais par peur de décevoir l'ermite, je préférai ne rien dire. Je le remerciai, et je reparti pour de nouvelles aventures.


Dernière édition par Kaentik le Mer 13 Mai - 12:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Lun 11 Mai - 22:49

Chapitre II - Entre l'Ombre et la Flamme

Musique de lecture:
 

Je me décidais enfin, alors que le crépuscule du soir de mon éveil commençait à se dessiner. En approchant du Défilé, rien ne changeait climatiquement parlant, hormis l'apparition de pluie, la lumière ne semblait pas œuvré ici, mais je dois avouer qu'il ne s'agissait pas de la chose qui m'inquiétait le plus sur le moment, je devais annoncer mon nouveau sort à celle en qui j'avais le plus confiance : Manon de la Tour ! Sur le chemin, m'étant perdu, j'ai voulu d'abord présenter quelque chose à Manon en guise de bonne foi, après tout, elle sert le Maître.
Je patientais sur le seuil de la chapelle, attendant qu'une inspiration ne me parvienne ou qu'un nouvel éveillé ne sorte afin de trouver un compagnon. Il ne fallut pas longtemps avant que mon vœu se réalisa, j'entendis un son provenir de la chapelle derrière moi, une voix de femme mais pas exactement semblable à celle de Manon, me questionnant "Vous êtes qui ?" ce à quoi je répondis simplement, confiant et fier "Je suis Belhomme.", me retournant afin de pouvoir voir mon interlocutrice, je tombais sur une jeune créature d'un teint de peau et d'une physionomie différente de la mienne, dénudée avec des attributs que je ne lui reniais pas.
Elle ne semblait pas apte à s'identifier, je ne pris pas la peine de lui demander si elle avait un nom, elle semblait suffisamment angoissé comme ça. J'ai sorti de ma sacoche des vêtements afin qu'elle ne me voit pas comme quelqu'un d'hostile. Puis celle-ci rejoignit mon aventure.

Sur la route contraire, alors que je m'éloignais de la Tour pour en découvrir plus sur la zone, remettant mes retrouvailles avec Manon de la Tour à plus tard, j'avais soif de puissance pour plaire au maître et pouvoir me sentir moins seul, si je pouvais aider les nouveaux éveillés.. Cela serait formidable : Tel fut alors mon but.
Un murmure parvint à mon oreille alors que j'approchais d'un chemin entre deux montagnes, provenant d'un maigre bois entre les feuillages, j'approchais, sans me douter de se qui pourrait m'arriver par mégarde. Manon m'avait pourtant prévenu, il fallait être prudent..
J'écartais les feuillages sous le regard inquiet de ma nouvelle amie, une forme ombre étrange me proposa des offres alléchantes, que je ne pouvais pas refuser, ne sachant pas encore tout de ce monde. Il me transporta dans un autre emplacement, alors que ma compagne me vit disparaître devant ses yeux horrifiés.
Je me retrouvais dans un endroit étrange, dépourvu d'environnement, avec seulement une bâtisse sombre en son centre. Je m'approchais, un peu manipulé par la peur, en rentrant, je vis une étrange créature qui me ressemblait, croisé avec un mort avec les orbites d'une lueur jaunâtre vive. Il me proposa, amicalement, de m'apprendre de nouveaux sorts alors que je sympathisais avec lui, je ne savais pas ce que je faisais, la distinction du mal et du bien était encore trop flou dans mon esprit. Alors que j'appris l'essentiel des choses qu'il pouvait m'apprendre, il me renvoya dans mon "monde".
La jeune éveillée n'était plus là, je la cherchais dans les environs avant de la trouver en train de tuer des serpents pour sa survie. Arrivant en assistance, j'employais mes nouveaux pouvoirs sans que cela ne l'a choque réellement, au vu de la fraîcheur de son esprit.

Nous nous sommes aventurés dans les bois sombres, évitant le combat avec les loups au pelage noir. La présence de daims et de cerfs nous ont permis de créer des renforts rudimentaires pour notre équipement, augmentant ainsi nos chances de survie. Il n'a pas fallut plus de temps pour que nous fassions demi-tour par la présence des ténèbres dévorantes qui semblait bannir toutes traces de lumière. Mais cela me plaisait, l'ombre de l'environnement semblait me rendre confiant à première vue.

Il était donc temps pour moi de rendre visite à Manon de la Tour, j'attendais comme à mon habitude au seuil de la Tour du Maître. Il ne fallut pas longtemps pour qu'une autre personne en robe blanche ne m'accueille, alors que je voulais parler à la fois de ma réussite et de la troublante aventure qui venait de m'arriver uniquement à Manon, pourquoi ? La confiance, sûrement.  
Une seconde femme sortit de sa cachette par-delà les rochers sur la gauche. Elle répondait visiblement au nom de "Neige", et elle écoutait ma conversation alors que je parlais de la présence de l'ombre et de la lumière dans ce monde.
Elle me retorqua rapidement que les ombres avaient fait de ce monde une horreur, et que maintenant nous devions les bannir pour éviter un nouveau désastre. La jeune éveillée en profita pour poser ses questions relative aux dieux tandis que je me battais verbalement avec Neige concernant le bannissement de ces "ombres", j'avais pour argument principal : "A la manière que le feu peut vaincre le feu, nous pouvons utiliser l'ombre contre l'ombre. L'équilibre est recherché par le maître, alors pourquoi vouloir bannir quelque chose qui fait parti de ce monde ? Nous avons tous une part d'ombre en nous."

Après une longue joute verbale dans laquelle la servante du maître appuyait Neige tout en répondant aux questions de la jeune éveillée, elle finit par en conclure : "Ce que vous dites est incohérent, mais bon. Ce genre d'argument est employé par tout les disciples de l'ombre pour justifier leurs actes."
Pardon ? Justifier mes actes ? Serai-je devenu inconsciemment un disciple de l'ombre ? Aurait-elle démasquée une part de moi ? En tout cas, je savais que cette part était bien enfouit en moi. Et qu'elle grandissait par mon utilisation de mes nouveaux sorts. J'ai supplié la servante de faire quémander Manon de la Tour pour lui parler.
Au final, elle réagissait plutôt bien à la chose, et me dit simplement que l'ombre était corruptrice mais je n'y croyais pas trop, je m'inquiétais plutôt pour l'image que les éveillés pourrait avoir de moi à l'usage de ces sorts. Je pris parti de simplement lui dire que j'allais faire enlever cette cochonnerie dévorante dès que possible, dès le lendemain même. Elle m'indiqua que la prêtresse de la chapelle pourrait m'aider, mais de qui s'agit-il ? En tout cas, je savais que j'allais me faire retirer l'ombre en moi, et que je chercherai un maître pour m'apprendre la voie de la magie des arcanes.
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Jeu 14 Mai - 1:35

Chapitre III - L'importance des Eveillés

Musique de lecture:
 

Je finissais la soirée au côté de la jeune éveillée et de Manon, alors que la nuit commençait vraiment à tomber. Je fis surpris d'apprendre qu'elle nous invitait à rentrer dans la Tour afin de discuter. Nous finissions donc notre soirée dans un havre luxueux concentré de spectres qui nous ont servi milles et un délice.
Manon de la Tour me montra des pouvoirs qu'elle avait appris, et elle m'informa qu'il n'était pas inimaginable que je sois entraîne par le maître. La soirée fût agréable, nous parlions de ce nouveau monde ainsi que de l’intérêt des dieux, de la magie, et des éveillés dans ce monde.

Au fur et à mesure que la nuit traçait son passage, il fût un temps où nous avons dû nous séparer. Manon de la Tour m'indiqua de revenir dans deux jours, afin de savoir comment les choses auprès de la communauté du Maître ont tournés à mon sujet. Elle nous raccompagna à la sortie, nous demandant de lui faire grâce de parchemins et de plantes si nous en trouvions sur le chemin afin qu'elle nous conçoit des enchantements et des potions, car il était risqué pour elles de sortir d'après   se que j'ai compris, je lui promis de faire de mon mieux.
Mon chemin se traça avec ma collaboratrice en direction du Marais, seul lieu que je connaissais vraiment. A mi-chemin, nous nous sommes séparés, elle préféra tenter d'aller chercher des plantes tandis que pour ma part, je préférais aller rencontrer d'autres éveillés plus vieux que moi s'il y en avait.

Je passais la nuit auprès d'une des tours abandonnés qui s'élevait dans les Marais, à l'aube, j'arpentais la zone passant de marécages en feuillages à la recherche de mon petit-déjeuner, je suis tombé sur un traqueur qui me fila entre les doigts. J'étais plutôt frustré, puis j'entendu un rugissement guerrier à l'encontre d'un félin au vu des cris, j'approchais, profitant du moment.
Je tomba nez à nez face à un combat entre une créature semblable à Luna, plus grossière cependant, et verte de peau avec des défenses. Je lui ai instinctivement porté assistance, elle me regarda avec méfiance à la fin du combat.
Après des explications, j'ai pu prendre une part du butin et je fis d'elle mon accompagnatrice, sans pour autant la nommer, encore une fois, il fallut peu de temps avant que nous ne nous séparions, la confiance n'étant pas encore assez ancrée.

Il me fallait maintenant un refuge, afin de calmer cette solitude et me poser auprès d'une femme pour établir quelque chose sur le long terme.

Mon vœu se réalisa lorsque je me remémorais sur le coup le camp que j'avais vu au nord du Marais, un camp grossier tenu par un semi-homme. J'approchais, encore atteins de mes sorts d'ombre, afin de me renseigner : Voir si je ne pouvais pas trouver un habitat. Je distinguais aux pieds d'une des hutte façonné dans un tronc un lynx, allongé et paisible, chose qui me retourna un peu l'esprit car je ne suis tombé que sur des créatures hostiles jusque là. J'observais les environs, camouflé dans les buissons afin de ne pas me faire tuer, peut-être n'ai-je pas l'autorisation d'être ici.
Ce n'est qu'après que je me décidais à agir, en jetant mon regard dans la bâtisse dans l'arbre mort, je cru percevoir un être qui ne ressemblait à rien des choses que j'ai pu voir jusque là, elle ressemblait plus ou moins à Luna avec quelques traits et caractéristiques en plus : Elle possédait des cornes, des genres de tentacules sur le menton et à l'emplacement arrière des oreilles, ses pies finissaient en sabots et elle était dotée d'une queue comme un animal, sa posture élancée ainsi que la présence d'attributs spécialement féminin me laissait penser qu'il s'agissait d'une femelle.
Je pris mon courage à deux mains, et tandis que je sortais de ma cachette pour entamer une marche des plus normal en direction du camp reculé, le semi-homme me souriais et me laissa entrer, en stipulant seulement : "Il s'agit d'une communauté et les gêneurs ne sont pas acceptés, ici."

Je le regardais, perplexe, je me posais des questions, qu'est-ce qu'ils qualifiaient comme un gêneur ? Alors que j'arrivais au centre du camp sous le regard d'une femme-taureau, j'observais de plus bel la créature humanoïde assise dans sa hutte, elle semblait en pleine méditation.
J'attendis un petit moment avant d'oser m'élancer, je secouai la main vers elle, elle ouvrit les yeux presque instantanément après mon action, c'est-elle qui engagez la discussion avant même que je me présente "Qui êtes-vous ? Gentil ou méchant ?" chose à quoi je rétorqua "Je suis Belhomme, tel est le nom qui me fut donné par Manon de la Tour. je suppose être du coté du Bien, car j'aide les nouveaux éveillés à survivre."

Son regard me sonda de haut en bas, je sentais presque sa bienveillance me pénétrer, observant la partie enténébré en moi : "Bien ! Montez Belhomme, elle vous a surement nommé ainsi car elle vous trouve beau, je présume." me répondit-elle.
Je montais la rampe qui menait à son perchoir, et elle se présenta sous le nom de Limiia. Je passa alors plus d'une heure à ses côtés, parlant de nos connaissances mutuelles sur le monde, elle avait confiance en moi. Pour confirmer le fait qu'elle pouvait avoir confiance en moi, je lui parlais de la partie d'ombre en moi. Son regard perçant m'observait avec horreur, et elle m'expliqua clairement l'histoire d'un certain "Sha'or", son ancien mâle.

D'après ses propos, Sha'or était un fervent défenseur du bien, protégeant les vertus de la Lumière et la vie de sa communauté.
Jusqu'au jour où il bascula dans l'ombre, et manqua de la tuer elle et deux femmes de la communauté. C'était horrible, est-ce le destin qui m'est réserver à moi aussi si je continue à suivre cette voie ? Vouloir protéger les miens pour ensuite tenter de les abattre avant qu'ils ne me tuent, manipulé par l'abysse ? Il en est hors de question !

Mon sang se glaçait de peur, j'en avais des sueurs froides, tout en gardant mon calme, j'ai dis à Limiia que je reviendrai trouver refuge ici, lorsque j'aurai purger la menace intérieur qui pourrait bien me menacer moi, et eux.

Il y a quelques jours de cela, on me parla aussi par le biais de Manon et de Neige des grands pouvoirs de la Lumière, est-ce donc mon unique moyen de rédemption ? Je ne le savais pas, mais je devais essayer, quitte à en mourir. Je préfère mourir avec les honneurs.
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 15:26

Chapitre IV - Une Rédemption unique

Musique de lecture:
 

Mon chemin était déjà pré-établi, j'arpentais la région pour revenir à la Tour, la chapelle n'était pas très loin et je devais absolument chassé ce mal dévorant qui risquait de me faire basculer à tout jamais. Je me présentais quelques instants plus tard aux portes de la chapelle, une femme semblait m'y attendait, comme si elle savait d'avance que je finirai par venir, elle m'observait, c'était Neige.

Je lui expliquai donc toute l'histoire, j'étais effectivement un serviteur de l'ombre, inconsciamment, je ne voulais pas me l'avouer mais c'était un fait. Ma soif de pouvoir, mon impatience m'avait fait basculé, pourtant les mises en garde m'avait indiqué que cela risquerait d'arrivé, mais je n'avais pas écouté..
Après une longue discussion concernant mes motivations quant au fait de me faire exorciser, Neige me demanda de toucher une des pierres bénites situés sur le petit promontoire de la chapelle, j'avais peur, peur de l'effet que cela pourrait me faire mais je devais le faire quoiqu'il arrive, après un instant de lutte intérieur, j'apposais ma main, je me brûlais alors que Neige me hurla dessus : "Ne touchez pas ! Vous êtes souillés, agenouillez vous devant simplement.", j'obéissais, bien que la brûlure me causait une douleur immense. Je me taisais.

"Bien, maintenant fermez les yeux et faites le vide dans votre esprit." me disa-t-elle.

J'essayais de me calmer, il ne fallut que quelques instants avant qu'une image apparu dans mon esprit, j'y vis un chevalier noir, sombre, à l'allure du diable chevauchant la mort. A son opposé, un chevalier d'or et de lumière, il me fixait, suite à cela, les deux entrèrent dans une violente joute. Je ne savais pas quoi faire, mais il semblait que le cavalier envers lequel j'aurai le plus de foi finirait par l'emporter, d'un coté l'Ombre semblait tellement séduisante, invincible, titanesque ! Mais mon cœur rattrapa le fond de mes pensées, et par la seule force de mon esprit, le Bien triompha du mal, le chevalier noir fût vaincu, j'étais heureux.. Mais il jura de revenir me hanter, et qu'il reprendrait le contrôle, un jour.

Le cavalier blanc m'observait et me porta une main rassurante, "Tu n'as rien à craindre, je serai là, le jour où il reviendra, tu peux compter sur moi. L'ombre ne vaincra pas." , l'ombre ne vaincra pas ? Vraiment ? Je ré-ouvris les yeux, un peu confus, une masse lumineuse gisait devant moi, elle disait s'appeler Ishmii, l'incarnation de la Lumière. Elle fit de moi un paladin, j'observais, inquiet, le regard de compassion que me lançait Neige.
Je fis serment de ne plus retomber dans l'horreur et les ténèbres, heureux, je retournais auprès des miens à Hautemaisons, annonçant la bonne nouvelle, je fus accepté de manière officiel.

Le reste de la journée fût dédié à la création d'un équipement plus solide, en combattant des troggs, j'ai réussi à leurs dérober un marteau et une pioche. L'art de la forge m'était inconnu, mais Evigil m'aida à m'y former. Un nouveau moi était né, et j'espérai pouvoir faire honneur à ma nouvelle communauté.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 15:47

Chapitre V - Un mal profond

Musique de lecture:
 

Les jours suivant mon adhésion étaient plutôt calme, Limiia me présentait les règles chez les Hautemaisons, ainsi que le lieu où je coucherai, on me présenta aussi quelques femmes humaines, m'indiquant que je leur servirait de reproducteur, choqué bien qu'envieux, j'acceptais, timidement. Mes premiers jours parmi la communauté se déroulait bien, je rencontrai divers membres, comme Papillon, qui me semblait bien lunatique pour être comprise.
J'avais rencontré une trolle capable de se changer en ours, elle était une précieuse alliée et me suivait partout dans mes aventures.

Cependant il ne fallut que quelques semaines avant de me préparer à un nouveau fléau. J'avais acquit mon premier sceau, celui de Piété, après avoir aidé un daim agonisant, prouvant ainsi ma compassion. Après avoir persévérer face à un ennemi qui semblait imbattable, prouvant ma ténacité. Après avoir respecter les principes de la Lumière, prouvant mon respect.

Mon armure quant à elle était parée au combat, principalement fait de mailles et de cuir, c'était l'équipement le plus robuste que j'avais eu l’occasion de réaliser jusqu'ici, de ma propre main. Une rumeur racontait que le Temple au centre du Marais renfermait un puissant mal, lorsque j'ai voulu fièrement m'y aventurer, il ne fallut que quelques pas dans l'eau avant que je ne sente une violente douleur qui m'a forcé à reculer, pas de doute, l'Ombre m'en voulait terriblement.
Je ne savais pas comment agir, j'étais solitaire, alors j'arpentais les différentes régions connus afin d'aider un maximum de personnes possible. Les autres membres des Hautemaisons me parlait d'un bois, tellement sombre qu'on ne pouvait y voir la lumière du jour. J'étais inquiet. Ma partenaire trolle s'y aventurait et j'avais peur que ce lieu soit maudit, lorsque j'ai voulu m'y aventurer, des worgs me barrait la route, ils semblaient innombrables.

Alors que je reculais, je vis un autel, apparemment des offrandes y étaient disposés, surement pour les loups. Ainsi, je savais que je ne pourrai pas m'y aventurer tant que je ne les aurai pas suffisamment nourri.
Une semaine constante fût perdu à nourrir des animaux, cette tâche m'agaçait, mais je devais persévérer, être tenace dans mes actions comme l'exige la lumière. Lorsqu'ils fûrent suffisamment en confiance, je traversais, cette semaine en tant que chasseur m'a permis d'établir un lien, réel ou non, entre les Bois Sombres et ce Temple maudit, peut être qu'une explication s'y trouverait, alors quand j'ai pu m'y aventurer, j'ai parcouru toute la région. Elle était peuplée de loups à n'en plus compter, les cerfs que je trouvais me servirent pour établir des réserves de cuir, je ne tuais que les mâles, afin de ne pas perturber l'écosystème.

Après plusieurs heures de marche, je parvins dans un cimetière, inconscient, j'y avançais, perplexe. Peut être qu'une réponse s'y cachait, mais je fus soudain arrêter dans mes recherches quand je vis de véritables morts vivants me charger, je pris mon courage à deux mains et je frappais l'ennemi, de toute ma force j'écrasais ses monstres et je leur apportais le repos.
En tout cas, ils m'avaient permis d'obtenir de meilleures armes, vu qu'il n'y avait pas de véritables réponses dans le cimetière en lui même, je m'enfonçais dans les catacombes, les hordes squelettiques me chargeait tandis que je leur brisait la colonne de ma lame, un réseau de tunnel m'apparu, j'y entris, la seule bête errante était une espèce de monstruosité caverneuse, probablement un autre type de mort vivant.

Je ne sais pas pourquoi, mais je continuais ma route, il devait y avoir une fin, après quelques mètres, la fin que j'espérais n'était pas vraiment correspondante à celle au quelle j'ai dû faire face. Je tombais sur un squelette immense, une liche, aussi froide que la glace, entourés de serviteurs morts vivants. Ils ne m'avaient pas repérés, alors j'ai fui, possédé par la terreur.

"La réponse à mes questions ne se trouve pas ici", c'était la chose que j'essayais de me persuader.

En rentrant, je vis une chapelle abandonnée, et j'y vis un fantôme en pleurs avec un phalène larmoyant, j'avais juré d'aider mon prochain, alors j'ai proposé de les aider.
Ils me mirent au courant de la situation, mais en vain, je ne pouvais pas agir seul, je devais rentrer et prévenir les autres de la situation..

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 16:03

Chapitre VI - Un calme effrayant

Musique de lecture:
 

Je rentrais doucement au camp, vraiment inquiet par la situation critique du monde dans lequel je vivais. Une liche, des morts vivants, un Temple maudit.. En arrivant au village, personne, il était vide, il ne restait que quelques personnes qui semblait presque indifférent à l'état global des événements, même Ti-rat le gardien du village était trop enjoué pour qu'on ne le pense pas naïf.

J'avais pour projet d'informer la populace de l'existence de ses problèmes, mais je ne voulais pas qu'ils soient aussi inquiet que moi, j'aurai peut être dû leurs dire mais au lieu de ça j'ai préféré garder le silence. Les jours passèrent, alors que je chassais pour survivre, que je dépeçais pour m'habiller, et que je minais pour façonner. Ma compagnon trolle n'était jamais revenue du Bois Sombre, était-elle morte ? Je ne le sais pas, et je n'espère pas.

Un jour, en rentrant de la mine où vivait d'innombrables troggs, nombreux mais pas très coriaces, je vis un homme dans le village qui semblait opérer à ses activités, je m'approchais de lui. "Bonjour, l'ami." lui dis-je d'un ton chaleureux, alors que ma voix le fit se retourné, il se présenta à moi sous le nom de "Barde", il avait l'air gentil, bien qu'un peu perdu à mes yeux.
Comme l'exige l'habitude, nous nous présentions sous les différents angles de notre histoire, et l'envie nous pris d'aller chasser.

Nous nous rendions dans un calme presque inquiétant à la bordure qui nous séparait de la mer, chassant le crabe, nous continuions à débattre sur le monde qui nous entourait.

Le soir même, nous fument rejoint par Limiia et Brume, ainsi qu'une humaine, réunit tous ensemble autour du feu, nous débattions sur notre philosophie de la vie, pourquoi telle chose est façonné ainsi, et pourquoi celle là comme ça. La nuit commençait à tomber, alors chacun prit la décision de partir en direction du lit pour prendre un repos bien mérité, mais Barde et moi nous sommes restés éveillés, et nous avons partager nos intérêts communs, nos objectifs et nos buts, à un moment dans la discussion, nous parlions d'un moyen de nous défendre, nous imaginions toutes les facettes possibles avant de s'arrêter sur l'idée d'un bouclier. Chouette idée, en effet.

Il fallut plusieurs jours pour rassembler les composants et établir un schéma de construction, mais le jour suivant, nous possédions enfin le titre de créateurs du premier bouclier du nouveau monde, et moi et Barde, je sentais qu'il s'agissait d'une amitié qui durerait sur le long terme. Bien que nous étions séparés par des visions de vies complètement différentes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 16:15

Chapitre VII - L'Ombre nous consumera tous

Musique de lecture:
 

Le lendemain fût le réveil le plus violent que je n'ai jamais eu. Il ne fallut donc que quelques mois avant que l'Ombre revienne parmi les nôtres. Nous avions sous estimé le danger du Temple maudit au centre du Marais et cela se voyait.
L'ombre avait assombri les lieux, et Ti-rat subissait des attaques directement dans son esprit, il suppliait qu'on lui vienne en aide, mais je ne savais pas quoi faire..

"L'ombre me l'avait dis, elle reviendrait me chercher, c'est hors de question, des gens comptent sur moi.. Je ne peux pas me laisser dominer par les Ténèbres une fois encore !" J'étais persuadé que son mal était annonciateur du mien.

Lâchement, je pris la totalité de mes affaires et quelques rations de secours, puis je parti loin, en direction des Bois Sombres. Je m'isolai dans une des nombreuses fermes abandonnés, et c'est ainsi que lâchement, plus mené par la peur que la raison, mon histoire s'arrêta pendant de long mois, attendant que la Lumière vienne me retrouver dans ce monde enfermé dans le linceul de la mort..

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 20:08

Chapitre VIII - Retour à la réalité

Musique de lecture:
 

Plusieurs mois se sont écoulés depuis mon départ, aucun signe de l'Ombre, hormis l'aspect maudit de ce lieu. La solitude commence à me ronger, j'ai un devoir à remplir. Déjà que j'ai déserté par peur, je désobéi aux trois fondements de la Lumière, je DOIS revenir quoi qu'il arrive : J'ai un rôle à jouer dans ce monde comme tout les autres éveillés, je ne peux risquer le fait de retirer une pièce de l'échiquier.

Dans un élan de courage, je me dirigeai vers la Chapelle proche de la Tour du Maître, dans l'espoir de trouver Neige, là, comme à son habitude, prête à venir me secourir dans mes périodes de faiblesses, malheureusement la route ne fût pas si calme que d'habitude. Sur le chemin, j'ai croisé un énorme insecte volant, j'ai dû l'affronter, il m'avait pris à revers, après avoir mené front j'ai fini par le vaincre,
mais la chapelle était vide, étais-je condamné à ne pas la croiser ?
Qu'importe, je me dirigeais vers Hautemaisons, qui semblait plus vide que jamais, et Ti-rat avait disparu, il a sûrement dû succombé face à la malédiction. En absence de réponse, je devais faire route seul, un nain sur le chemin me parla d'une contrée frontalière aux bois sombres, il décrivait la zone comme étant "Tout l'opposé du bois Sombre, elle est pleine de vie, tranquille : on la nomme la forêt verdoyante.", une force inconnue me poussait à m'y rendre, lumière ? Étais-tu de retour dans ma vie pour me guider ? Je l'espère, ma route débuta peu après que le nain m'est mis au courant de la situation. Pas de temps à perdre, j'en avais déjà trop perdu.

La route ne fût pas trop problématique, j'avais juste remarqué à quel point le village de la Horde Blanche avait évolué, sans même vouloir y jeter un oeil, je continuais en traversant la lisière sans trop de problèmes. En entrant dans la forêt, j'y trouvais une faune plus calme, des moutons, quelques loups en meute mais cela valait toujours mieux que des insectes voraces, quelques ours, et surtout beaucoup de sources de nourritures, même des chevaux ! Son dos me laissait penser qu'il pourrait être monté, je voulais absolument d'un cheval blanc, alors je me mettrai à cette tâche le moment venu.
Mes pas me forçait à avancer sans vraiment trop savoir où j'allais, les quelques gouttes qui tombait sur mes épaulières me rappelèrent que la pluie commençait à tomber, il fallait que je trouve un abri et commençant à courir, je suis rapidement tombé sur un village, avec en son centre un gros œuf éclaté "Qu'est-ce donc ?", cette question me venait à l'esprit, mais je n'avais ni le temps ni les moyens d'examiner, un toit, vite. L'auberge était directement sur la droite, je m'y rendu sans avoir remarquer le mastodonte à corne qui gisait à ma gauche, je m'installais, prenant quelques secondes de répit. Le golem me suivait, et je fis vite rattraper par la raison : Des sabots massifs résonnait derrière mes pas sur le plancher ancien. Je me retournais, et je vis un bovin titanesque me dire "Bonjour. Je suis Corne Brisée", voyant sa sympathie, je lui répondit "Belhomme. Des Hautemaisons. Paladin de la Lumière", tout deux nous nous sommes assis plus loin sur les chaises disposés proche du comptoir. Il me demandait pourquoi j'étais ici, et après une longue discussion sur mes objectifs et surtout qui j'étais, une femme nous rejoignit.
Cette femme était entourée d'une aura de bienveillance, elle me rappelait Neige, elle était magnifique, déterminée. J'avais un ressenti envers elle que je ne comprenais pas, elle s'annonça comme étant Almonen, elle aussi servait la lumière.
"Dites moi, madame. Qu'est-ce qui est sorti de l'oeuf au milieu du village ?", lui disais-je.
"Venez voir.", me réponda-t-elle.
Je la suivais aveuglement, suivi de Corne brisée, elle me montra un lézard géant aux écailles blanches comme je n'en avais jamais vu. Je me demandais pourquoi ils avaient gardés une chose pareille, et je leur ai posé la question : Ils voulaient le tuer, mais comme l'un d'entre eux ne voulait pas, ils ont préférés le garder en vie, et maintenant il est trop gros pour être abattu.
C'est malin, voilà un calvaire de plus sur notre dos..

Je leur faisait part de mes projets, je voulais construire une cité religieuse, où toutes les religions auraient leurs places si celle-ci ne touche pas à la mort ou aux démons, ils disaient qu'il existait déjà le sanctuaire pour ça. Pour moi, le sanctuaire se situait dans le marais, je ne comprenais pas en quoi il s'agissait d'un lieu sacré. Puis, ils m'ont mis au courant de l'existence d'un ancien bâtiment de l'ancien monde, qu'ils ont nommés le Sanctuaire, ils m'ont conduis labas, traversant la forêt verdoyante jusqu'au point le plus au Nord. Labas, tout semblait si beau, brillant sous les rayons de la Lumière divine.

J'entrais à l'intérieur, mon attention se portait sur l'architecture magnifique du lieu. Almonen me disait de visiter sans gêne, après un court instant d’hésitation, ma passion me submergea et je visitais chaque lieu du Sanctuaire, je fini par tombé sur un livre qui disait "ouvrir le cœur". Chaque page tournait alimenter un peu plus ma philosophie, une des pages me disait de rassembler des résidus ténébreux pour les rendre pur. J'avais déjà conservés des résidus ténébreux pour m'exercer, et m'acharnant à vouloir les purifier, j'y parvins, je savais désormais grâce à la persévérance soigner mes alliés et moi même.
Me redirigeant vers le grand hall, je fus rattrapé par Almonen et Corne brisée, tout deux voulant parler avec moi.
"Racontez nous votre histoire, Belhomme", me demanda-t-elle.
Soit, je passais une bonne vingtaine de minutes à leur faire un bilan de ma vie. Passer du temps avec cette jolie demoiselle n'était pas du temps perdu, vint le moment où nous devions nous séparer.

Je pris route, seul, en direction des terres jaunes, un bâtiment renforcé attira mon attention, et explorant l'intérieur, je me suis dis qu'il ferait un bon bastion pour mes projets, ce lieu deviendra mon quartier général en temps voulu.
Il me fallait des ressources pour avoir une vraie armure, le forgeron d'Evigil me parlait du bronze, un metal résistant fait à base d'étain et de cuivre, j'avais déjà énormément d'étain, alors je suis parti fouillé les mines de la forêt verdoyante.
L'une était colonisé par plusieurs ours, j'ai dû les tuer mais j'ai réalisé une véritable rafle sur les minerais. L'autre était plus loin, et envahit par les araignées, une véritable plaie.
Après moult combat, je tombais né à né avec leurs mère vu sa taille, une araignée émeraude, qui faisait presque ma taille, et je l'ai vaincu avec difficulté. Reprenant route vers les Terres Rouges pour explorer, j'ai vu un mort vivant, encore un.. Il était hors de question qu'un lieu si pur soit souillé ! "Bête immonde !" criai-je, et je le brisai d'un coup d'épée, brûlant ses restes par rage en faisant un petit feu comme les Hautemaisons me l'avait enseigné.

Les morts vivants approchaient, je devais réagir, retour au sanctuaire pour en discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 20:09

Chapitre VIII - Retour à la réalité

Musique de lecture:
 

Plusieurs mois se sont écoulés depuis mon départ, aucun signe de l'Ombre, hormis l'aspect maudit de ce lieu. La solitude commence à me ronger, j'ai un devoir à remplir. Déjà que j'ai déserté par peur, je désobéi aux trois fondements de la Lumière, je DOIS revenir quoi qu'il arrive : J'ai un rôle à jouer dans ce monde comme tout les autres éveillés, je ne peux risquer le fait de retirer une pièce de l'échiquier.

Dans un élan de courage, je me dirigeai vers la Chapelle proche de la Tour du Maître, dans l'espoir de trouver Neige, là, comme à son habitude, prête à venir me secourir dans mes périodes de faiblesses, malheureusement la route ne fût pas si calme que d'habitude. Sur le chemin, j'ai croisé un énorme insecte volant, j'ai dû l'affronter, il m'avait pris à revers, après avoir mené front j'ai fini par le vaincre,
mais la chapelle était vide, étais-je condamné à ne pas la croiser ?
Qu'importe, je me dirigeais vers Hautemaisons, qui semblait plus vide que jamais, et Ti-rat avait disparu, il a sûrement dû succombé face à la malédiction. En absence de réponse, je devais faire route seul, un nain sur le chemin me parla d'une contrée frontalière aux bois sombres, il décrivait la zone comme étant "Tout l'opposé du bois Sombre, elle est pleine de vie, tranquille : on la nomme la forêt verdoyante.", une force inconnue me poussait à m'y rendre, lumière ? Étais-tu de retour dans ma vie pour me guider ? Je l'espère, ma route débuta peu après que le nain m'est mis au courant de la situation. Pas de temps à perdre, j'en avais déjà trop perdu.

La route ne fût pas trop problématique, j'avais juste remarqué à quel point le village de la Horde Blanche avait évolué, sans même vouloir y jeter un oeil, je continuais en traversant la lisière sans trop de problèmes. En entrant dans la forêt, j'y trouvais une faune plus calme, des moutons, quelques loups en meute mais cela valait toujours mieux que des insectes voraces, quelques ours, et surtout beaucoup de sources de nourritures, même des chevaux ! Son dos me laissait penser qu'il pourrait être monté, je voulais absolument d'un cheval blanc, alors je me mettrai à cette tâche le moment venu.
Mes pas me forçait à avancer sans vraiment trop savoir où j'allais, les quelques gouttes qui tombait sur mes épaulières me rappelèrent que la pluie commençait à tomber, il fallait que je trouve un abri et commençant à courir, je suis rapidement tombé sur un village, avec en son centre un gros œuf éclaté "Qu'est-ce donc ?", cette question me venait à l'esprit, mais je n'avais ni le temps ni les moyens d'examiner, un toit, vite. L'auberge était directement sur la droite, je m'y rendu sans avoir remarquer le mastodonte à corne qui gisait à ma gauche, je m'installais, prenant quelques secondes de répit. Le golem me suivait, et je fis vite rattraper par la raison : Des sabots massifs résonnait derrière mes pas sur le plancher ancien. Je me retournais, et je vis un bovin titanesque me dire "Bonjour. Je suis Corne Brisée", voyant sa sympathie, je lui répondit "Belhomme. Des Hautemaisons. Paladin de la Lumière", tout deux nous nous sommes assis plus loin sur les chaises disposés proche du comptoir. Il me demandait pourquoi j'étais ici, et après une longue discussion sur mes objectifs et surtout qui j'étais, une femme nous rejoignit.
Cette femme était entourée d'une aura de bienveillance, elle me rappelait Neige, elle était magnifique, déterminée. J'avais un ressenti envers elle que je ne comprenais pas, elle s'annonça comme étant Almonen, elle aussi servait la lumière.
"Dites moi, madame. Qu'est-ce qui est sorti de l'oeuf au milieu du village ?", lui disais-je.
"Venez voir.", me réponda-t-elle.
Je la suivais aveuglement, suivi de Corne brisée, elle me montra un lézard géant aux écailles blanches comme je n'en avais jamais vu. Je me demandais pourquoi ils avaient gardés une chose pareille, et je leur ai posé la question : Ils voulaient le tuer, mais comme l'un d'entre eux ne voulait pas, ils ont préférés le garder en vie, et maintenant il est trop gros pour être abattu.
C'est malin, voilà un calvaire de plus sur notre dos..

Je leur faisait part de mes projets, je voulais construire une cité religieuse, où toutes les religions auraient leurs places si celle-ci ne touche pas à la mort ou aux démons, ils disaient qu'il existait déjà le sanctuaire pour ça. Pour moi, le sanctuaire se situait dans le marais, je ne comprenais pas en quoi il s'agissait d'un lieu sacré. Puis, ils m'ont mis au courant de l'existence d'un ancien bâtiment de l'ancien monde, qu'ils ont nommés le Sanctuaire, ils m'ont conduis labas, traversant la forêt verdoyante jusqu'au point le plus au Nord. Labas, tout semblait si beau, brillant sous les rayons de la Lumière divine.

J'entrais à l'intérieur, mon attention se portait sur l'architecture magnifique du lieu. Almonen me disait de visiter sans gêne, après un court instant d’hésitation, ma passion me submergea et je visitais chaque lieu du Sanctuaire, je fini par tombé sur un livre qui disait "ouvrir le cœur". Chaque page tournait alimenter un peu plus ma philosophie, une des pages me disait de rassembler des résidus ténébreux pour les rendre pur. J'avais déjà conservés des résidus ténébreux pour m'exercer, et m'acharnant à vouloir les purifier, j'y parvins, je savais désormais grâce à la persévérance soigner mes alliés et moi même.
Me redirigeant vers le grand hall, je fus rattrapé par Almonen et Corne brisée, tout deux voulant parler avec moi.
"Racontez nous votre histoire, Belhomme", me demanda-t-elle.
Soit, je passais une bonne vingtaine de minutes à leur faire un bilan de ma vie. Passer du temps avec cette jolie demoiselle n'était pas du temps perdu, vint le moment où nous devions nous séparer.

Je pris route, seul, en direction des terres jaunes, un bâtiment renforcé attira mon attention, et explorant l'intérieur, je me suis dis qu'il ferait un bon bastion pour mes projets, ce lieu deviendra mon quartier général en temps voulu.
Il me fallait des ressources pour avoir une vraie armure, le forgeron d'Evigil me parlait du bronze, un metal résistant fait à base d'étain et de cuivre, j'avais déjà énormément d'étain, alors je suis parti fouillé les mines de la forêt verdoyante.
L'une était colonisé par plusieurs ours, j'ai dû les tuer mais j'ai réalisé une véritable rafle sur les minerais. L'autre était plus loin, et envahit par les araignées, une véritable plaie.
Après moult combat, je tombais né à né avec leurs mère vu sa taille, une araignée émeraude, qui faisait presque ma taille, et je l'ai vaincu avec difficulté. Reprenant route vers les Terres Rouges pour explorer, j'ai vu un mort vivant, encore un.. Il était hors de question qu'un lieu si pur soit souillé ! "Bête immonde !" criai-je, et je le brisai d'un coup d'épée, brûlant ses restes par rage en faisant un petit feu comme les Hautemaisons me l'avait enseigné.

Les morts vivants approchaient, je devais réagir, retour au sanctuaire pour en discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mer 14 Oct - 20:19

Chapitre IX - Construction d'un Ordre

Musique de lecture:
 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaentik

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/12/2014
Age : 19

MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   Mar 15 Mar - 13:21

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les contes du Promontoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les contes du Promontoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Contes et légendes-
Sauter vers: