Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fille des Naaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Fille des Naaru   Sam 5 Sep - 19:11

Morte. A peine née. Le bruit de ses sabots s’est arrêté net, près du grand sanctuaire de la Lumière, ou de l’Ombre qui se dressait silencieux dans la forêt. Il semblerait que rien ne soit encore acquis, ni pour l’une, ni pour l’autre.

Retourner d’où elle était venue, son esprit s’était assis là où elle avait été émue par ce fantôme, celui ton on avait volé le corps, et qui errait pour l’éternité dans ce monde en vie et mort. Elle le comprenait encore plus, maintenant. Mais elle ne le voyait pas. Elle ne voyait plus rien, d’ailleurs, comme si elle était encore plus morte qu’avant de vivre.

« D’une autre planète ? A quoi bon venir sur celle-ci si c’est pour y finir ainsi ? »

Abercrombie avait compris. Le vieux fantôme révéla d’étranges secrets, ce soir-là. C’était une fille des Naaru. Il lui avait tendu les deux clés mais il savait que celle qu’elle prendrait serait celle de droite, celle de la porte de la Lumière. Quelque chose au font d’elle l’y poussait. C’était tellement évident. Etait-ce vraiment un choix ? Si vous saisissez ce que vous possédez déjà sans la savoir, est-ce réellement un choix ? Et faire le contraire, en est-ce un aussi ? Certainement ! L’un comme l’autre. Nous choisissons, contraint ou non. Cela reste un choix qu’il allait ensuite devoir assumer.

Un mort-vivant ! Une horreur inavouable ! Il s’était attaqué au petit groupe déterminé à se reposer qui marchait vers l’entrée. Ravage ne put rien faire. C’était là qu’il les guettait. Nuktela nettoya la pourriture mais il était déjà trop tard. Coupine s’écrasa sur le sol, percée par une lame immonde.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Dim 6 Sep - 17:43

Le réveil fut douloureux. La blessure lui faisait mal. Dans l’abbaye, le calme régnait. Harmonie avait donné toute sa force pour aller rechercher Coupine dans le royaume de mort. Elle était allongée à côté d’elle. Nuktela veillait sur les deux et Ravage s'agitait non loin. Tout le monde allait bien. Coupine cherchait à comprendre ce qu’il s’était passé dans ses souvenirs confus pendant que Ravage et Nuktela lui racontait l’histoire.

Pour le moment, le danger était écarté mais pour combien de temps ? Coupine, ressentait l’influence bienveillante de la Lumière dans l’abbaye, mais elle ressentait aussi cette présence était faible et fragile. Les ténèbres rampantes guettaient, prêtes à occuper la place. Il faudrait faire quelque chose rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Mar 1 Mar - 22:50

Le poisson ne manque pas dans le lac. Amoureuse de cette région, Coupine pêchait tranquillement sur le petit ponton près du village. Elle se sentait bien mais une chose commençait à lui manquer : De la compagnie. Souvent, elle pensait à la grande draeneï qu’elle avait rencontrée juste après son éveil. Nuktela. Son nom semblait avoir une résonance particulière dans son cœur. Nuktela. Nuktela. Ce nom la rendait nostalgique. Au bout du troisième poisson-chat moustachu, elle se décida à remonter le talus après les avoir rangés dans sa besace. Ces repas étaient simples : du poisson et quelques plantes qu’elle utilisait pour les accompagner et leur donner un bon gout.

Cette région du lac était magnifique. Verte, calme et sans souillure, elle ressemblait beaucoup au paradis. Coupine l’explorait et n’y trouvait absolument rien de mauvais, de néfaste ou de corrupteur. C’était un monde en paix où il faisait bon vivre. L’architecture des constructions qu’elle y trouvait la déroutaient. Elle était souvent immense, comme si des géants en avaient taillé les pierres ainsi que les sculptures qui les ornaient mais les vestiges témoignaient, au contraire, d’une occupation par un peuple de gens de petite taille. Paradoxe ! Après une longue marche, grisée par toute cette verdure, elle se décida à allumer un feu pour faire cuir ses poissons et les dévorer de bon cœur. Puis elle s’endormit là, sur l’herbe baignée de soleil.

Des picotements la démangeaient. Elle se gratta pour les faire disparaître, mais ils en revenaient sans cesse. Cela devenait plutôt désagréable et plus elle se grattait plus il en revenait, de plus en plus abondants et intenses. Bientôt, elle eut l’impression que des centaines de petites bouches lui mordaient la chair. Elle prit peur et se leva d’un bond, se frappant les corps de toutes parts pour chasser ces vilaines bêtes ou méchants démons. C’est là qu’elle se réveilla. Il pleuvait. Les gouttes de pluie, fines et froides, étaient ce qu’elle avait prises dans son rêve pour des morsures cruelles.

Elle allait éclater de rire quand son attention fut attirée par une chose étrange. Un forme blanchâtre bougeait non loin, mais assez pour être difficile à distinguer. La curiosité de Coupine fut plus grande que sa méfiance et elle décida de se diriger vers cette forme. Avec prudence, toutefois. La petite tâche blanchâtre grossissait et pris la forme d’un animal aux allures de cheval, mais plus massif et avec de grandes cornes recourbées. Son poil était aussi plus épais et tout bouclé. Coupine n’avait jamais vu un tel animal. Il paissait tranquillement au pied de la montagne tout proche. Coupine tenta de s’en approcher au plus près mais l’animal finit par la repérer et s’en fut vers les hauteurs. Elle se lança à sa poursuite et manqua au moins dix fois de tomber en se tordant les sabots dans les pierres et les rochers. Elle ne le revit plus de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Dim 13 Mar - 1:10

Finalement, la curiosité de Coupine se porta plus sur la découverte de sa nouvelle terre que sur celle de cette nouvelle sorte d’émotion que lui procurait l’apparition d’un mâle de sa race. Elle avait bien constaté les effets qu’il produisait sur elle. Une sorte d’excitation. Des frissons dans tout le corps. Un picotement sur les joues et des démangeaisons en des parties de son corps dont elle ne se préoccupait pas habituellement. Elle se sentait femme quand elle le voyait. Pourtant, le nord lui tendait les bras, et ses bras-là étaient bien plus irrésistibles que ceux du draenei. Avec hésitation, elle avait repris la route. Une route pleine de dangers mais peu importe.

Toute seule assise en haut d’une colline surplombant le village, Coupine pensait. Certaines choses ne peuvent s’obtenir qu’après avoir acquis une certaine expérience. Mais dans ce pays paisible, vide de toute méchanceté habituellement rencontrée partout ailleurs où elle avait pu racler ses sabots, comment acquérir une telle expérience ? Repartir vers les terres de cendres et se mesurer aux quelques monstres qui parcourent ces terres ? Non ! Il fallait développer sur place les moyens de se construire. La région du lac devait probablement cacher les ressources nécessaires à un développement personnel. Il fallait entreprendre, imaginer, faire appel aux dieux et aux forces surnaturelles de ce monde. Pour Coupine, c’était la Lumière, bien évidemment. Sans doute qu’Ishmii ne l’abandonnerait pas. Mais par où commencer ? Peut-être cet étrange animal blanc aux cornes rondes ? Pourquoi pas !

Contente de cette trouvaille intellectuelle, Coupine retrouva le sourire et se mit en quête de son avenir, ici, et maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Ven 18 Mar - 21:56

Coupine, assise sur un lit des appartements des hôtes, dans la tour, tentait de se remémorer tous les événements de ce soir-là. Des tas de questions se bousculaient dans son esprit et elle doutait même d’avoir vécu ce que sa mémoire lui montrait. N’était-ce pas un rêve ? Cette grande demeure n’est-elle pas la maison des rêves ? Tout est si invraisemblable ici.

Tout a commencé, alors quelle pêchait tranquillement sur le ponton au bord du lac près du village où elle avait élu résidence. Son esprit vagabondait au fil des vaguelettes qui faisaient danser paisiblement la surface de l’eau quand une voix se fit entendre dans sa tête. C’était la première fois qu’une chose pareille lui arrivait. Et, au début, elle ne comprenait, cherchant autour d’elle d’où pouvait venir cette voix.

« Neige ? C’est toi ? Mais où es-tu ? »
« Je suis dans la crypte, dans le monde des morts. Je sais que tu peux me sortir de là, tu me l’as dit l’autre fois. Je suis dans l’aire de résurrection. Aide-moi, je t’en prie ! »

Coupine comprit alors que Neige était morte et elle se mit immédiatement en route vers le sud. Il fallait traverser toutes les terres de cendre et passer à travers la montagne de feu. Grâce à son bouclier lumineux, elle échappa in extremis aux puissantes pinces d’un scorpide énorme qui la chargea. Puis, dans la montagne, elle glissa plusieurs fois sur des pierres lisses, manquant de tomber dans des trous d’où jamais personne ne serait venu la chercher. Elle atteignit la Forêt Verte, puis la Forêt Sombre et, enfin, les Terres du Maître.

Il n’y avait personne. Espoir brillait. Une forme gisait sur le sol. C’était Harmonie dont la voix l’appela de la même façon que Neige auparavant. Le retour d’Harmonie se fit en quelques minutes.

Le regard de Coupine avait été à plusieurs reprises attiré par des ombres sur sa droite. Puis, ce furent ses oreilles qui se dressèrent au son du trot calme d’une monture si haute, qu’on se demandait comment l’être qui était sur son dos avait put y monter. Ce petit être, haut comme trois pommes, lui parla de façon fort désagréable. Il prétendit que Coupine et sa copine n’avait rien à faire là et les enjouignit de partir.

Des gens qui s’attribuent un lieu comme étant leur territoire, alors qu’il était celui des nouveaux venus, de Milly et de LeRouge ne pouvaient pas satisfaire à la logique de Coupine. Elle avait aussi aperçu le corps de Neige, allongé devant les ombres, comme une offrande abandonnée là. Coupine expliqua donc au petit être la raison de sa présence. Elle lui demanda de l’aide pour transporter le corps de Neige à l’abri des mauvaises créatures qui montaient la garde ténébreusement devant la chapelle. Le petit être ironisa et se montra fort peu enclin à coopérer.

C’est à partir de ce moment que le merveilleux entre en scène. Coupine sentit une force monter en elle. Pas de doute possible, c’était la Lumière. Comment cette force pouvait-elle être aussi présente alors qu’elle ne savait encore que si peu de choses sur les naaru, les dieux de la Lumière ? C’était un mystère. Gonflée par cette force inattendue, Coupine tenta de marchander avec le petit être. « Nous vous laissons la chapelle si vous nous laissez le corps de Neige. » Cette proposition fit rire le petit être qui refusa tout net, bien à l’abri sous la protection des ombres. La force lui commanda à Coupine de se montrer diplomate. Il fallait éviter un affrontement direct. Non pas à cause du petit être, mais plutôt à cause des ombres. Elle renouvela sa proposition au petit être qui refusa à nouveau et qui fit disparaître le corps de Neige en même temps que lui.

Etrangement, Coupine ne ressentit aucune tristesse. Une étrange confiance en elle la faisait briller. C’est là qu’elle se rendit compte qu’elle brillait pour de vrai. Aucune voix ne se fit entendre mais elle comprit qu’elle n’était pas seule. Il ne s’agissait pas. Un nom lui apparut : Ishmii. Sans aucun mot, Coupine comprit. Les Ombres étaient comme paralysées, incapables d’attaquer. Coupine entra dans la chapelle sans hésiter et sentit la présence d’une force opposée à elle. Elle s’agenouilla et pria mais tout était déjà joué. Ishmii était là aussi. Les ombres disparurent et la chapelle s’illumina à nouveau. La fée Lumière apparut devant elle et Harmonie.

Harmonie est Hazel. Coupine est Rekhii, plus connue autrefois sous le nom d’Epine. Autrefois. C’était autrefois. Coupine comprit qu’il s’agissait de ce qu’elles étaient avant de se réveiller sur le tas d’os de la crypte. Harmonie l’avait sans doute compris aussi. Ishmii n’en dit pas plus. Elle les bénit et disparut comme elle était apparue.

Assise sur un lit des appartements des hôtes, dans la tour, Coupine ne pouvait pas vraiment croire que tout cela c’était produit. Elle rechercha l’âme de Neige mais ne la trouva pas. Elle se leva et repartit dans son nouveau pays. Elle avait de quoi méditer pendant un bon moment avant de revenir peut-être dans le sud.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Mer 27 Avr - 13:26

L’affaire "Bouclerouge" était maintenant oubliée. L’elfe sombre avait disparu mystérieusement de la cave. Sa gardienne, Fumée, avait disparu aussi. C’était étrange comment les gens avaient cette capacité à s’effacer du monde pour parfois ressurgir de façon imprévisibles quelques temps plus tard. Que les mauvais disparaissent n’était pas en soi un problème mais combien d’histoires commencées ne trouveraient jamais de suite ni d’aboutissement ? C’était cela qui embarrassait Epine car elle avait compris une chose importante : Ce n’est que dans la volonté de mener jusqu’au bout une aventure commencée que l’on pouvait progresser et comprendre ce monde.

Quoi qu’il en soit, il fallait profiter de ce moment d’accalmie qui permettait de mieux s’occuper de la reconstruction du monde. C’est ainsi qu’Epine décida de s’installer dans une ferme, au sud de Comté de l’Or pour y planter du lin et d’autres plantes indispensables pour améliorer le bienêtre des éveillés. Ne penser qu’à soi ? C’est ce que presque tous faisaient. Ils ne comprenaient pas que pour faire un monde, il fallait s’unir. C’était pourtant tellement évident ! Comment des choses aussi simples avaient-elles été oubliées ? Epine pensait souvent à son lac, sa maison dans le nord. Elle aurait aimé pourvoir retourner s’y installer mais elle sentait qu’il ne fallait pas trop s’éloigner du lieu d’où les éveillés provenaient. Le nord attendra. Il ne fallait plus se dispercer.

La petite maison était modeste mais agréable. Il n’y manquait qu’une couche pour dormir et des chaises. Epine pu facilement faire un feu dans la cheminée qui était encore en bon état. Dehors, il y avait d’étrange plantes alignées sur de piquets et des fils de métal. A chaque piquet sortait de terre un pied végétal qui se prolongeait en plusieurs ramifications courant le long des fils et donnant, à intervalle irrégulier, des grappes de petites boules. Les vertes n’étaient pas bonnes, mais les sombres étaient sucrée et donnaient un jus exquis. Epine se dit qu’il fallait entretenir cette plante dont elle ignorait encore le nom. Elle découvrira un peu plus tard, en cherchant dans les livres du Sanctuaire, qu’il s’agissait de vignes et qu’autrefois les gens fabriquaient des boissons à partir de ce jus. Ils appelaient cela du vin.

Elle parvint également à rassembler quelques animaux. Notamment des vaches. Elle s’aperçût que certaines avaient les mamelles plus grosses. En fait, il s’agissait de celles qui avaient des petits et que ceux-ci venaient régulièrement les téter. L’idée lui vint de vouloir gouter à ce liquide blanc qui sortait des mamelles. Elle profita d’un moment de pause dans la nourrissage de son petit pour approcher sa main d’un pie et tirer doucement dessus afin d’en faire jaillir un peu de lait qu’elle recueillit dans son autre main. Elle goutta et trouva cela excellent. Elle alla alors chercher une bouteille vide dans une caisse un peu plus loin pour le remplir de ce liquide succulent. Etonnamment, l’animal se laissa faire sans broncher.

Ainsi, la ferme d’Epine prenait vie. Elle y prenait gout à tel point qu’elle commençait à oublier les terres du nord. Mais il faudra qu’elle y retourne pour en rapporter cet étrange insecte dont parle un livre trouvé dans une maison et qui permettait de fabriquer ce qui était nommé autrefois la soie.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Ven 17 Fév - 19:45

Il y a des choses qui ne se racontent pas. Elles ne se racontent pas parce qu’elles sont indescriptibles, comme les rêves. Les mots du langage ordinaires sont impuissants à pouvoir les exprimer ou les décrire. Epine s’en rendait compte. Elle comprenait que pour parler de ces choses, il faudrait inventer un autre langage, un art – mais ça, elle ne le savait pas encore. Les couleurs, les sons, les émotions sont bien plus complexes, bien plus profonds que ce que la langue d’une bouche ordinaire peut produire. Pourtant, sans les mots, il était impossible de se fixer un souvenir vraiment. Impossible de donner une consistance à l’incroyable, à l’au-delà de l’entendement. La transmission passe par les mots, inévitablement. Elle voulait transmettre ce souvenir à d’autres pour que, même un peu, ils puissent à leur tour ressentir ce qu’elle avait vécu quand Natalia l’a emmenée là-bas.

Alors comment faire ?

Comment parler d’une immense cité faite comme une seule maison ? Bien plus qu’un palais, c’était une ville-maison. Comment parler des couleurs, toutes nouvelles, inconnues dans le monde réel, mis à part peut-être, mais de loin, pour certaines fleurs ? Comment décrire le raz-de-marée d’émotions qui l’ont submergée quand elle s’est retrouvée devant un simple petit lit qui résonnait encore de rires d’enfant perdus dans un lointain songe ? Comment parler de ces douces caresses auditives qui entraient par ces oreilles, passaient par son cœur pour s’échouer sur sa peau en vagues de poils dressés ?

Epine, assise dans l’encadrement de la porte de sa petite ferme, songeait encore à cette cité-maison avec une lumière si brillante dans les yeux qu’elle aurait pu éclairer tout la forêt verte. Le soir tombait. Les vaches qui meuglaient dans l’étable, elle ne les entendait pas. « C’est une peu comme la maison-bûche de Papillon mais en un milliard de fois plus grand. C’est chez-moi » se disait-elle. Elle ne savait pas comment mais elle savait qu’elle y retournerait un jour. C’était chez elle. « On ne pas rester éternellement loin de chez soi. »

Dans notre monde à nous, il existe une créature qui pourrait peut-être comprendre Epine à cet instant : Le saumon.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
milinda

avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 26/01/2012
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Fille des Naaru   Mer 4 Oct - 20:13

« La vie pourrait être agréable ici » pensait Epine, assise dans une vieille charrette abandonnée dans laquelle continuaient de sécher quelques sacs de graines dont elle ignorait l’espèce. Autour d’elle, un village. De l’herbe, des arbres, un air saint et vivifiant qui inspire à la paix. Hazel lui avait dit que serait une bonne chose que d’aller visiter les régions nord, celles-là même où Blanche avait voyagé et où Natalia semblait vouloir les pousser. Elles y rencontrèrent du monde et ce monde s’était auto-nommé les Eclaireurs.

C’était une chose étonnante que de voir des éveillés qui vivaient là. Comment étaient-ils arrivés dans ces régions alors que celles-ci avaient été fermées par les gardiens draconiques pendant très longtemps. Certains prétendent qu’ils sont apparus ici directement après avoir erré quelques temps dans les souterrains de la tour du Maître. Epine s’interrogeait mais elle savait aussi qu’elle n’aurait sûrement pas la réponse. Les secrets des dieux étaient bien gardés.

La particularité des Eclaireurs était qu’ils n’avairnt qu’un seul culte, une seule croyance, celle de la Lumière. Ils suivaient une certaine Abbendis et semblaient ne pas avoir entendu parler d’Ishmii. Pour Epine qui devait tant à Ishmii, c’était plus inexplicable que tout. Il y avait donc plusieurs émissaires de la Lumière et des Naaru ? Epine se souvenait du nom d’Abbendis. Elle l’avait lu dans un livre qui se trouve dans la bibliothèque du sanctuaire de Comté du Nord (l’abbaye). Elle s’en souvenait d’autant plus qu’elle avait trouvé étrange la façon dont cette femme – une militaire, semble-t-il – considérait la Lumière. Elle prétendait que la Lumière lui parlait comme une personne. Et puis, parfois, elle ne lui parlait plus... Tout cela ne correspondait pas à l’expérience qu’Epine avait de la Lumière. Comble de tout : Les Naarus ne sont jamais cités, comme si ils n’existaient pas. Pourtant, les textes officiels étaient clairs : Les Naarus sont les porteurs directs de la Lumière et tous les croyants ne pouvaient ignorer cela.

Epine savait qu’il faudrait retourner bientôt chez elle. Ces bêtes et ces cultures l’attendaient. Ces amis aussi. Ses racines étaient plantées dans le sud et il n’était pas envisageable d’aller les planter ailleurs. Pourtant, cette région était fort agréable et avait besoin de protection. Des menaces l’entouraient. Peut-être faudrait-il établir un pont entre le sud et le nord, de façon à pouvoir réunir tous les éveillés ? Mais avant, il faudra que les Eclaireurs s’ouvrent à d’autres croyances et ceci ne semblait pas évident.
Revenir en haut Aller en bas
http://philippecatoire.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fille des Naaru   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fille des Naaru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Le Grand Livre-
Sauter vers: