Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fumée, tout court.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Fumée, tout court.   Mar 12 Jan - 16:14

Fumée déglutit, et s'assit sur un rocher au bords du précipice, non loin de la Tour.
Cinq jours. Cela faisait cinq jours seulement qu'elle s'était éveillée. Et pourtant tant de choses s'était passées. Dehors, à découvrir le monde et faire des rencontres, mais aussi dans sa tête.
Elle s'efforça alors de faire le point.
Elle s'était éveillée comme les autres, nue, sur ce tas d'os froid. Et dès lors, il n'y avait cessé d'y avoir toujours plus de questions dans sa tête. Des questions, et un profond malaise.
Déboussolée, perdue, et dans un endroit effrayant, grelottante, elle hésita un moment à bouger, puis instinctivement se mis à chercher une sortie.
Mais, pourquoi ? Pourquoi cherchait-elle à sortir, pour quoi faire, que faisait-elle ici ?
Elle tenta de se rassurer que ce profond malaise, sa panique et son inquiétude s'effacerait lorsqu'elle sortirait d'ici.
Au fonds d'elle elle savait déjà qu'elle se mentait à elle-même.
Elle bougea, elle lutta face aux esprits pour sortir. Alors même qu'elle ignorait pourquoi se battre, et si elle désirait même réellement sortir.
Enfin, elle sortit du tombeau.
Toujours aux aguets et apeurée, elle tomba sur la fleur, Espoir. Alors que celle-ci commençait à lui parler, et qu'elle trouvait un peu de réconfort, une jeune femme apparue.
Elle fit la connaissance de Tempérance, qui la guida dans ce monde.
Mais quelque chose la dérangeait.
Elle ignorait pourquoi elle l'aidait. Pourquoi l'aider ?
Pourquoi l'initier à plonger ainsi dans la vie ?
Mais, gênée, elle se contenta de la remercier, encore et encore, et afficha un grand sourire.
Elle découvrit qu'elle souriait avec une facilité déconcertante.
Non pas que ce sourire était faux. Elle remerciait vraiment Félicité, ou les autres qu'elle croisa plus tard qui l’aidèrent.
Elle appréciait leur aide.
Mais, trop réservée, elle garda pour elle ses réflexions sur la raison de sa vie.
Un sourire pour cacher ses questions. Un sourire pour cacher sa mélancolie.
Certes, elle ne manquait pas d'entrain. Et elle débordait de curiosité, afin de découvrir ce nouveau monde, et enfin, elle voulait aider les autres. Mais tout cela était tâchée par ce voile sombre qui serrait son cœur.
Elle se contenta donc de donner ce "presque faux" semblant à ceux qui croisèrent sa route, même si elle en apprécia certains.
Etant aidée à de nombreuses reprises, elle promis même d'aider les autres. Et elle le désirait sincèrement.
Prenant encore une fois une grande respiration, elle ne put contenir une énième quinte de toux.
Elle toussait sans cesse, ce qui l'avait inspirée pour son nom, Fumée.
Cette toux, cette particularité qu'elle avait semblait sans cesse lui rappeler qu'elle ne pouvait pas juste vivre sans se poser de questions, et sans savoir...
Pourquoi ?
Pourquoi ce monde vide, abandonné ?
Pourquoi tout le monde n'était pas revenu ?
Où sont ceux de cet ancien monde ?
Qu'avait donc vécue son âme autrefois ? Pourquoi avoir voulu revenir sur ces terres ?
Et surtout... Qu'avait-elle choisit d'oublier ?
Elle ne le saurait sûrement jamais.
Mais sans savoir pourquoi était-elle ici. Elle devait se rendre utile.
Elle le devait absolument, sinon cet plaie dans son cœur l'engloutirait entièrement.
Elle devait être utile.
Elle pris alors la décision de baser, pour l'instant, sa vie sur ce masque qu'elle montrait aux gens.
Qui était une partie d'elle.
Mais seulement une partie.
Revenir en haut Aller en bas
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   Jeu 3 Mar - 17:47

Entourée et pourtant si seule



Deux mois.
Presque deux mois s'étaient écoulés, soit exactement 56 jours depuis sa "venue au monde".
Depuis son éveil.
Ou bien depuis son réveil, car après tout ils avaient bien eu une vie avant. Elle en était intimement sûre.
Les premiers temps s'étaient avérés difficile, mais elle avait peu à peu pris des repaires, et s'était fait des compagnons de vie des autres éveillés.
Cette dure vie était tout de suite plus facilement supportable, entourée de ces gens si ouverts, si originaux, si intéressants, si bons et généreux avec elle...
Néanmoins le temps passa. Elle avait beau se sentir entourée, elle avait beau avoir exploré chaque recoin des régions accessibles, elle avait appris à se battre et se défendre, avait appris à dompter les éléments... Elle se retrouvait démunie.
Démunie face à ces questions, ces sentiments qui se bousculaient en elle, qui la torturaient intérieurement, silencieusement, et qu'elle gardait pour elle.
Avant, elle fuyait ces moments de réflexions. Elle avait de quoi s'occuper et donc de quoi fuir.
Plus maintenant.
Elle cherchait toujours de quoi faire pour s'occuper constamment. Elle ne s'arrêtait jamais, autant que possible, c'était son moyen de combattre tout ça.
De même qu'elle portait toujours ce masque devant les autres, et ne se dévoilait jamais entièrement.
Il y avait bien eu cette fois...
Une semaine environs après son réveil, elle avait rencontré Barde.
A première vue il ne semblait pas différent mis à part son avant-bras manquant.
Mais étrangement il lui est apparue comme possédant une certaine sagesse d'esprit. Il était bien loin du stéréotypé du vieil ermite barbu à la sagesse incommensurable.
Non, au lieu de ça, il était simple. Simple, là où tout semblait pourtant si dur et compliqué dans ce sombre monde.
Il était le premier à qui elle avait, un tant soit peu, parlé de ses questions...
Le premier et le dernier depuis encore.
Certes il n'y avait pas que ça, les questions dont elle avait parlé n'étaient que la première couche de ce voile sombre qui recouvrait sa vie, son cœur et ses pensées.
Mais elle s'était ouverte. Et cela était resté une expérience unique, jusqu'ici.
Jamais renouvelée.
Pourtant à première vue Barde n'avait rien de spécial...
C'était peut-être ça qui le rendait particulier ?
Bien sûr il y avait aussi Brume, qui était forte, intelligente et honorable. Elle représentait tout ce que Fumée voulait devenir... Aux yeux des autres...
Fumée se rendait finalement compte que si Nuktela était celle qui lui apprenait la voie des parlesprits, et qu'elle l'appréciait sincèrement, Brume était son modèle sur lequel elle se construisait.
Du moins sur lequel elle construisait sa façade apparente.
Néanmoins Fumée avait su finalement tirer quelque chose de... Bien, de ce masque partiel de sa personnalité.
De cette volonté d'agir à tout prix et d'aider les autres afin de s'y oublier elle-même.
Elle avait sauvé Lee.
Il semblerait même qu'elle en ai tirée une certaine popularité au sein de la communauté.
Certes elle était la première à dire que c'était normal et que n'importe qui l'aurait fait à sa place, et bien loin de s'en vanter elle n'en ressentait pas moins que sa petite part de fierté était comblée.
Elle ne cherchait pas non plus la moindre renommée.
Mais ça n'avait pas d'importance comparé à ce qu'elle avait ressenti lorsque Lee la remercia, où lorsqu'on la félicita de son action, du bien qu'elle avait fait.
Alors, pendant un instant, un instant seulement elle avait oublié tout le reste, elle s'était sentie vraiment utile.

L'évènement s'était produit juste après sa mort qui avait usée sa seconde chance, et elle avait pleurée, perdue et déstabilisée, profondément touchée par cette mort.
Elle avait cru qu'elle avait tout perdu et qu'elle se réveillerait dans un monde où elle ne retrouverait pas ceux qu'elle avait rencontrés.
Elle était donc arrivée à Hautemaisons les yeux pleins de larmes séchées.
Et là alors... Elle avait croisé Lee et s'était jetée à corps perdue pour le sauver, s'oubliant totalement dans le procédé.
Le ramenant au village, elle avait été recueillie par les autres.
Elle s'était alors mise à pleurer toutes les larmes de son corps.
Les autres pensaient que c'était le soulagement d'être rentrée, ou la peur qu'elle avait éprouvée d'être morte.
Mais il n'en était rien, elle pleurait pour une toute autre raison.
Parce que pendant cet instant, elle avait enfin été utile.
Et elle avait enfin cessée de se tourmenter en tentant de porter un masque, parce que elle se sentait bien, même dans cette partie d'elle qu'elle enfouissait au plus profond de son être.
Elle avait alors été elle-même.
Le temps d'un sanglot seulement, qui était à la fois un sanglot de joie et de soulagement.
Soulagement car c'était la preuve qu'elle pouvait réussir à éprouver autre chose que tout ça.
Tout ça, ces peines, cette douleur qui la guettait constamment, toujours là, tapis dans l'ombre de son cœur même lorsqu'elle riait, qu'elle souriait, qu'elle tentait de profiter de la vie, constamment.
La preuve qu'elle pouvait être utile et vivre ainsi.
Bien sûr, personne présent à cet instant, pas même la douce Brume ne vit l'ampleur et l'importance que revêtait pour Fumée ce simple sanglot.
Ce qui était normal : Elle ne montrait jamais tout.

Occupée pour ne pas penser

Se remémorant ainsi cette épisode, Fumée avait la gorge serrée.
Certes ce qu'elle avait ressenti ce jour-là avait été une lueur d'espoir, la première dans cette vie qui lui montrait que tout ne serait peut-être pas toujours ainsi.
Mais encore une fois l'expérience n'avait pas été renouvelée.
Elle avait pu se sentir utile, mais pas autant que cette fois.
Elle cherchait encore à s'occuper frénétiquement afin de ne pas se laisser une minute de repos, mais une récente conversation avec Salem l'avait rappelée à la réalité.
Elle finirait par mourir si elle continuait de partir en expédition toute seule.
Après avoir passée des semaines dans la jungle à chercher à réaliser la mission confiée par l'esprit de l'eau de la fontaine, elle se calmait enfin un peu sur ses expéditions.
Elle passait jours et parfois nuits à vadrouiller, inspecter, fouiller... Elle ne dormait pas parfois pendant deux voir trois jours d'affilée.
Là enfin, elle se laissait tomber et le sommeil l'assommait littéralement.
Ainsi, elle n'avait pas à réfléchir, et se torturer l'esprit avant de dormir.
Elle continuait encore ses recherches dans la jungle, mais cette fois Nuktela l'accompagnait la plus part du temps. Elle continuait d'apprendre la voie des parlesprits en même temps.
Que ce fût la langue parlesprit ou bien la danse du feu, ou de la pluie, ce qu'était une larme de la terre ou autre...
D'ailleurs Fumée tentait souvent de se tourner vers les esprits pour s'apaiser.
Elle s'assaillait souvent au bord de la mer, d'un fleuve ou d'un lac en tailleur et fermait les yeux, écoutant les bruits de l'eau.
Ceux-ci l'apaisaient légèrement, et elle tentait alors de rentrer en communion avec l'esprit élémentaire des lieux.
Certes elle savait cependant qu'elle ne devait pas favoriser un élément à un autre, mais elle ressentait inexorablement plus d'affinités avec l'eau.
Cela ne l'empêchait pas d'écouter les crépitements du feu devant un âtre, les grondements de la terre en plaquant son oreille sur le sol, ou les murmures du vent qui soufflait les soirs de tempête en haut des collines.
Néanmoins elle voyait les éléments comme à la fois ses gardiens mais aussi comme ceux qu'elle devait servir et protéger.
Elle était garante de l'équilibre en tant que parlesprit, et de ce fait ne voyait pas les éléments comme des dieux qui la guiderait sur le chemin de sa vie.
C'est pourquoi elle finit par se tourner un jour vers la Lumière.
Elle le fit seule et sans qu'elle y soit initiée, mais à force d'en entendre parler, elle aimait de plus en plus ce concept de la Lumière.
Salvatrice, tolérante, et forte à la fois.
La Lumière lui inspirait une compassion, mais aussi un sens de l'admiration que les éléments ne lui inspiraient pas. Elle faisait partie des éléments en quelque sorte. C'était elle.
Et elle les aimait profondément et les respectait.
Mais cette divine Lumière toute puissante...
C'était différent.
C'est pourquoi un soir, elle se rendit au Sanctuaire.
Elle fût étrangement attirée par ce cristal qui flottait.
Elle s'agenouilla devant celui-ci, et se mis à tenter de s'apaiser. De rentrer en communion avec celui-ci comme elle le faisait avec les éléments.
Etrangement ce cristal, cette présence, cette Lumière lui semblaient familiers.
Et elle se sentit... Bien.
Certes, ce n'était pas parfait mais c'était déjà bien mieux que son état naturel.
Le cas de Bouclerouge auquel elle avait été confrontée ce soir la tourmentait et elle cherchait à apaiser cela.
Elle resta ainsi plusieurs heures de la nuit, sur ses deux genoux devant ce cristal, les yeux fermés, et peut-être que certains résident du Sanctuaire réveillés cette nuit purent la voir.
Alors que la nuit touchait presque à son terme, elle se releva.
Calme. Elle avait l'impression d'avoir quelque chose en plus dorénavant.
Cette Lumière bienfaitrice qui réchauffait un peu son cœur.
Elle se rendit alors dans la bibliothèque et se mis à lire ce qu'elle trouva sur la Lumière.
En particulier sur les naarus, qui inexorablement semblaient l'attirer.
Elle haussa les épaules et se dit que cela devait être une "rémanescence" de son ancienne vie...?
Peut-être avait-elle eu affaire à eux.
Elle quitta le Sanctuaire au beau matin, non sans effectuer un "salut" respectueux en direction du cristal avant cela.
Elle se dirigea alors vers le lac près du village où elle avait l'habitude de rentrer en communion avec l'esprit de l'eau, afin de prier les éléments, afin qu'ils ne soient pas jaloux, de ce qu'elle ne voyait pourtant absolument pas comme une trahison.
Car cette Lumière était totalement différente des éléments qu'elle chérissait tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   Dim 13 Mar - 15:51

Se rendre utile ?




Fumée avait cette seule idée en tête depuis... Depuis aussi loin qu'elle se souvienne.
Très peu de temps après être sortie de la crypte elle avait décidée qu'elle -devait- se rendre utile.
Servir à quelque chose.
Pourquoi ? Sûrement pour compenser le fait qu'elle ne comprenait pas pourquoi était-elle revenue dans ce monde, pourquoi vivait-elle ?
Et elle avait rapidement trouvé que le meilleur moyen de se rendre utile, était pour elle de cultiver ce don qu'elle avait avec les esprits, en apprenant à soigner les gens.
Certes défendre les gens était important et elle était prête à le faire, mais quoi de plus beau que de les aider en refermant leur blessures ?

Elle avait déjà commencé à le faire, d'une certaine manière.
Elle paraissait toujours joyeuse, pleine d'espoir, ouverte, et agréable aux autres afin de tenter de leur faire du bien. Parce que c'est ce qu'elle voulait.
Elle espérait qu'ainsi elle compenserait ses propres blessures, en guérissant l'esprit des autres.
Elle devait maintenant apprendre à guérir non les corps ou les esprits mais les âmes.
Les ramener dans ce monde, lorsqu'elles venaient à le quitter.

Elle avait alors tenté d'en faire la demande auprès de l'esprit de l'eau qu'elle avait invoqué dans la jungle.
Mais il lui avait répondu qu'elle devait commencer par apprendre la langue des esprits. Ce qu'elle s'était évertuée de faire depuis, avec l'aide de Nuktela. Elle progressait vite, mais elle voulait attendre de parfaitement maîtriser cette langue avant de faire sa demande à nouveau.
En attendant elle était résolue à s'entraîner, et se préparer à réussir cet périlleuse expérience qu'est le guidage des âmes.

Ironiquement, elle était morte de nombreuses fois, souvent par accidents, et de ce fait, elle avait acquis une certaine connaissance de la chose, elle était habituée à l'itinéraire de l'âme.
Il lui restait à apprendre à réaliser la chose de l'autre côté de la barrière.
Elle avait tentée avec l'aide d'Harmonie de communiquer avec un nain, un nouvel éveillé décédé qu'elle avait croisé dans le royaume des morts une fois.
Malheureusement, il semblait perdu dans les lymbes, et ni elle ni Harmonie ne réussirent à le contacter, afin de le faire revenir.
Encore une vie de perdue qu'elle aurait pu réussir à sauver se dit-elle...
Mais elle voulait y croire.
Elle voulait croire qu'à force de s'exercer, d'essayer, de tenter de progresser, elle finirait par pouvoir faire la différence.
Elle finirait par réussir à sauver des vies. Elle le devait.
Sinon, elle ne savait pas comment elle ferait pour continuer à vivre avec cet échec...

C'est pourquoi, lors d'une de ses mort, elle décida de tenter quelque chose, encore une fois avec Harmonie.
Elle s'était bêtement évanouie, sur un nid de scorpions.
Mais plutôt que de simplement revenir, accompagnée par Harmonie, elle voulait tenter... De réaliser elle-même le voyage de son âme.
Certes il lui serait encore plus difficile car elle était dans les limbes, et les pouvoirs des éléments étaient lointains...
Mais au moins elle saurait ce que c'était de "conduire" une âme. Bien sûr de même, Harmonie, l'accompagnerait et veillerait sur son âme, et la pousserait un peu si besoin.
Elle tenta alors la fameuse expérience.
Elle se concentra, tenta de rentrer en méditation, en harmonie avec les éléments comme elle avait l'habitude.
Elle fit appel aux pouvoirs de l'eau, curateur et qui lui semblaient les plus à même d'aider à ressusciter quelqu'un.
Mais, il lui semblait en même temps qu'elle devait ne pas faire appel à un élément en particulier. Mais aux esprits.
Aux esprits, dénués d'éléments. Les esprits, présents dans ces limbes justement. Quelque part ils n'étaient pas si différents des élémentaires, mais étaient ceux du domaine de l'au-delà, de la mort.
Soudain alors qu'elle se concentrait, elle sentit enfin qu'elle parvenait à faire "décoller" son âme en puissant dans ses maigres forces.
Les sources de pouvoir connues des éléments étaient trop loin, et elle peinait, mais parvient peu à peu à traverser, lentement, guidée par Harmonie, le voile séparant la vie et la mort.
Alors qu'elle progressait bien, soudain...
Quelque chose se produisit.
Harmonie lui dit qu'elle devait retrouver son corps, et tenter de se faire "comme un câlin".
Soudain, Fumée peinait, et elle pensa à son corps, sa vie, dans ce monde vide, si perdue, si égarée, si pleine de questions.
Elle ne savait plus où elle voulait aller.
Où ? Pourquoi ? Comment ?
Son esprit partait en vrille et son âme se retrouvait perdue, dans les limbes, loin de la crypte mais encore très loin du monde des vivants.
Elle se mis à paniquer. Elle voulut se recroqueviller sur elle-même, ne plus rien sentir ni se poser de questions.
Se laisser sombrer dans le néant...
Mais la voix d'Harmonie retentit.
Elle lui conjura de revenir à son emplacement de départ, dans la crypte, en se calmant, peu à peu, en respirant...
Prenant conscience qu'elle n'était pas seule, Fumée, se calma peu à peu...
Elle finit par revenir dans la crypte, comme blessée, et épuisée.
Cette expérience avait été un fiasco et elle avait même blessée Harmonie.
Elle était encore si loin de réussir se dit-elle, désespérée.
Certes ce n'était pas comme faire revenir quelqu'un le faire soi-même alors qu'on était là-bas devait forcément être plus dur, mais elle ne voyait pas ça, elle ne voyait que l'échec.
Elle cacha ce qu'elle avait ressentie lors de sa tentative de retrouver son corps et se contenta de parler de ce qu'il faudrait pour réussir seul avec Harmonie qui l'avait ramenée alors plus normalement.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   Jeu 24 Mar - 16:43

Ombre & Lumière


Ombre et Peines :



Fumée avait un goût de cendre dans la bouche.
Pourtant elle était au milieu de cette petite île du lac de la forêt verte qu'elle aimait tant, et il pleuvait.
Il faisait nuit noir, mais elle appréciait la pluie comme la nuit.
Pourtant ce goût amer, âpre, ne la quittait pas.
Le goût de la vie se disait-elle.
La vie et tout ce qu'elle coûtait.
A elle... Comme aux autres.

Les autres.

Elle revoyait sans cesse leur visages.
Ils la hantaient, jour et nuits et elle ne pouvait plus penser sans que leur visages lui accrochent à l'esprit comme un parasite.
Elle les voyait, encore plein de vie. Et sans qu'elle ne contrôle ses pensées, voyait leur visage pourrir, décrépir peu à peu, rongée par la putréfaction.

Soupirant, elle se remémora avec amertume les récents évènements qui l'avaient tant secouée.
Milly et Lerouge d'abord.

Elle ne les connaissait pas tant que ça...
Et elle se reprochait de ne pas les avoir connus d'avantage.
Ils avaient dédiés leur vie à l'accueil des nouveaux éveillés, et étaient les premiers êtres vivants qu'elle avait comme beaucoup d'autres croisés dans ce monde.

Ils étaient des héros à leur manière.
Mais elle ne pourrait jamais les connaître d'avantage.
Parce que ils étaient partis. Pour de bon. Plus de retour possible, pas après tout ce temps.
Leur corps était perdu.
Et leur âme aussi.

Elle espérait simplement que leur esprit avait trouvé la paix...
Une paix que malgré elle et tout ses efforts, ou ceux des autres... Une paix qu'ils n'avaient pas su trouver dans ce monde.
Elle espérait alors... Que celui d'après. La mort. Serait plus clémente.
La communauté entière avait subit un terrible coup.
Tout le monde pleurait les deux morts à leur manière.
Et alors qu'ils étaient encore hantés par l'ombre de leur mort...

La mort avait frappée à nouveau.

Encore.

Inexorablement, la mort s'était abattue telle la hache d'un bourreau sur sa victime.

Encore.

Neige...

Fumée ne la connaissait pas tant que ça, elle non plus.
Un peu plus que Milly et Lerouge, tout juste...
Deux jours avant sa mort, alors qu'elle était anéantie par la mort de Milly et Lerouge, elle se rendait au sanctuaire afin de prier pour eux.

Elle la croisa.
Elles échangèrent quelques mots, Fumée lui disant qu'elle allait prier pour eux.

Elle ne savait pas encore que c'était la dernière fois qu'elle la verrait, et elle s'en voulait de ne pas se souvenir de tout ce qu'elles s'étaient dîtes, cette nuit, devant la maison commune dans les ténèbres de la nuit et celles qui envahissaient son esprit.
Elle se souvint simplement d'une phrase.

"La Lumière est en chacun de nous."

Fumée pris une grande respiration et serra ses poings, crispée. Elle observait les ténèbres de la nuit qui régnait aussi tard, et qui semblaient à découper au couteau, au-delà de la berge du lac.

Etait-ce vrai ? La Lumière est en chacun de nous ?
Si c'était le cas, pourquoi la Lumière n'avait pas aidée Lerouge et Milly ?!
Si cette Lumière si divine, si parfait, était partout, alors pourquoi ne l'aidait pas, elle, non plus ?
Elle souffrait chaque jour un peu plus de cette blessure de son esprit qui ne semblait jamais vouloir se refermer et pourtant rien, rien ne semblait pouvoir la sauver ou l'apaiser, que ce soit en elle ou non.
Pourquoi la Lumière laissait-elle mourir Neige qui était sa plus grande adepte ?!

Fumée bouillait intérieurement. Elle se campa sur ses deux sabots d'un bond, et explosa, incantant presque inconsciemment une bourrasque de vent qui repoussa les gouttes d'eau qui tombaient autour d'elle, et faisant jaillir des éclairs de ces mains, qui se perdirent dans la nuit.

Elle fit de son mieux pour se calmer : cette rage qui avait jaillit était enfouise si profondément en elle, en temps normal qu'elle ne la connaissait pas.
Elle lui était totalement inconnue et lui faisait presque peur.
Respirant difficilement, et finit par tousser, malgré la pluie.
Elle planta son regard dans le ciel, observant les gouttes de pluie éclairée par la lune.
Fumée se sentait totalement démunie.
Elle savait bien que ce n'était pas de la faute de la Lumière.
Pourquoi avoir emportée Neige ?

Pourquoi avaient-ils fait ça ? Ces ombreux. Ils étaient des éveillés, comme eux !
Leur frère, leur famille !
Ils étaient les quelques élus qui avaient la chance de pouvoir recommencer une nouvelle histoire sur ce monde !

Pourquoi tuer ? Mettre un terme, un point final, une fin à une vie pleine d'avenir, de possibilités, de promesses ?

Elle réalisait peu à peu enfin que Neige, et les autres, ne seraient jamais sauvés. Il était trop tard.
Et elle devait faire un trait sur leur vie, qu'elle n'avait pas su sauver.
Tombant à genoux dans la boue, elle se sentait inutile.

Désespérément inutile et faible.
Revenir en haut Aller en bas
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   Jeu 24 Mar - 16:53

Lumière et Espoir :

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Folley

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23

MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   Jeu 24 Mar - 17:53

Confrontation


Fumée s'était rendue en compagnie de Belhomme au delà de la montagne de feu.
C'était un voyage dangereux mais qu'elle était désireuse d'entreprendre depuis très longtemps maintenant.
Certes, les temps étaient durs et elle avait un devoir : Faire de son mieux pour trouver les ombreux et faire tout son possible pour tenter surtout de retrouver les morts, Milly, Lerouge et Neige.

Néanmoins, elle s'était dit qu'après tout peut-être que c'était justement dans ces terres reculées, que se trouvait le repère des ombreux.
De plus, elle avait bien besoin de se changer les idées, et découvrir de nouvelles terres lui occuperait l'esprit, ce qui lui ferait un bien fou.
Certes, son entrevue avec l'ange d'Ishmii l'avait rassurée sur bien des points. Elle restait soucieuse et attristée du sort des trois éveillés disparus.

Ils se rendirent ainsi sans trop de problèmes jusqu'au terres ardentes. Belhomme la laissa un peu après la montagne de feu, et elle trouva seule le chemin menant au val du lac.

Elle ne fut pas déçue et trouva le lieu merveilleux.

Elle ne trouva pas grand chose lors de son exploration, mais finit par trouver une région désertique, qu'elle nomma "les terres désertiques" en espérant que personne ne leur avait déjà donné de nom.

Et puis... Ca arriva.

Elle explorait le désert, et en se rendant dans une ravine, ne trouva rien d'intéressant si ce n'est une grotte abandonnée.
C'est alors qu'en rebroussant chemin, elle aperçue une silhouette sur un rocher, tandis que plus bas se tenait un colosse noir. Une sorte d'élémentaire d'Ombre, aurait dit Fumée.
A l'entrée de la ravine, elle était obligée de passer par là.
Fronçant les sourcils et raffermissant sa prise sur ses deux épées, elle s'avança.
Elle reconnu enfin... Bouclerouge.

L'elfe avait fuit le village il n'y a encore pas si longtemps, avant de commettre son terrible forfait en attaquant la chapelle, et participant ainsi à la mort de Milly, Lerouge, et Neige.

Sur ses gardes, et surprise de la trouver ici dans cette région acculée, elle engagea la conversation.

"Pourquoi avez-vous fait ça à Milly, Lerouge et Neige ?"

Boucle ne lui répondit pas vraiment, elle semblait prise d'une colère et haine envers les "lumineux" qui surpris Fumée malgré tout ce à quoi elle pouvait s'attendre.
Elle tentait de paraître sûre d'elle, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être inquiète, et attristée par la situation.
Elle déglutissait sans cesse, et ses mains moites se resserraient sur ses gantelets de cuivre, crispée.
Fumée tenta, vainement, de lui faire entendre raison. Lui dire qu'elle n'était pas obligée de faire tout ça...
Mais l'elfe ne ressemblait plus en rien à celle qu'elle avait connue.

Elle ricana et lui répondit qu'elle servait sa Maîtresse, que la Lumière devait être détruite.
Ce à quoi, Fumée lui répondit qu'elle ne pouvait pas croire qu'elle se contentait de suivre les ordres.
Même avant, elle avait du caractère. Ca ne pouvait pas être ça.

Mais alors pourquoi avoir tués ces gens qui ne lui avaient rien fait ? Ces innocents ?
Fumée tentait de s'approcher doucement, lentement, afin de matérialiser sa tentative de créer un semblant de confiance, de proximité entre les deux femmes...
L'elfe, qui sembla à Fumée comme prise de démence lui répondit qu'ils n'étaient pas innocents, que la Lumière envahissait et contrôlait peu à peu le monde qui nous entourait.

Quoi que tentait Fumée, elle ne semblait vouloir entendre raison.
Elle semblait prête à se damner en servant l'Ombre.
Fumée tenta tant bien que mal de trouver un accord avec elle : Qu'elles rentrent toutes les deux à la forêt verte et que soit convenu un échange entre les lumineux et ombreux.
Qu'on leur donne un lieu ou quoi que ce soit, en échange des corps de leur mort.
Fumée était prêt à s'engager au point de venir aux négociations désarmée, et même de lui donner ses armes dores et déjà maintenant.
Mais l'elfe ne voulait rien entendre.
Si négociations il y avait, ça ne serait pas maintenant et elle dirait qu'elle les recontacterait.

Pour prouver sa parole et sa bonne foi, Bouclerouge eu un acte qui attrista Fumée, parce qu'elle s'en souvenait encore :
L'elfe laissa s'envoler au vent un petit ruban décoré...
Un ruban que Fumée lui avait remis, lors de leur première rencontre en gage, comme quoi elle lui devait quelque chose.
Car Bouclerouge l'avait aidée et accueillie alors qu'elle avait quelques jours à peine.
Et Fumée s'était sentie redevable... Lui donnant alors ce ruban, et lui promis qu'elle le reprendrait le jour où elle aurait épongée sa dette envers elle.

Oui mais seulement...
Seulement Fumée ne pouvait la laisser filer ainsi.
Elle ne pouvait pas se permettre de la lâcher.
Pas pour elle, mais pour les autres...
Car elle n'avait aucune preuve qu'elle ne mentait pas, même si au fond d'elle, elle voulait y croire, elle voulait y croire plus que tout.

Elle rappela à l'elfe que ce jour-là, elle ne l'avait pas tuée, qu'elle l'avait même aidée, alors qu'elle était jeune et inoffensive.

"Je veux croire qu'il y a encore du bon en vous..."

Elle lui dit qu'elle ne voulait pas en arriver là :

"Je n'ai aucun désir de me battre contre un autre éveillé. C'est comme me battre contre quelqu'un de ma race... De ma famille... Je voudrais pouvoir ne pas passer par là. Vraiment."

Seulement Boucle lui fit comprendre que soit elle la laissait partir, soi c'est ainsi qu'elle réglerait leur compte.

Fumée repris une longue respiration, les yeux plantés dans le sol. Elle ne craignait pas un assaut par surprise.

"...Soit. Si je n'ai pas le choix... Alors je vais devoir vous empêcher de partir par la force."

L'elfe, acquiesça : Si c'était le choix de Fumée alors bien qu'elle-même n'en avait pas vraiment envie, c'est ainsi que les choses se régleraient.

"Ce n'est pas mon choix. Je me suis retrouvée acculée par la situation, et mes engagements...
Mais j'ai promis à Ravage... A Harmonie, et aux autres... Aux morts. Que je ferais tout mon possible pour les ramener.
Même si il est déjà trop tard peut-être pour les ramener à la vie...

Pour ramener leur corps et les enterrer dignement, au moins.

Alors je me battrais..."

Calmement, les deux femmes se sont préparées.
Cela traduisait étrangement leur respect l'une pour l'autre, et leur envie que ce combat ne se produise pas, se dit Fumée.

Et alors que ses mains tremblaient, et qu'elle tentait de resserrer tant bien que mal sa prise sur ses épées, Fumée respirait de grandes bouffées.

Tout se passa très vite.

Bouclerouge commença à incanter un sort, et Fumée bondit sur ses sabots pour la charger.
Le colosse de vide se mis en travers de son chemin, mais elle lui donna un coup et l'ignora en projetant un bouclier de foudre pour la protéger.

Elle courait, et donnait tout ce qu'elle avait, prête à perdre la vie au combat, si tel était son destin.

L'elfe usa d'un sort qui fit jaillir une gerbe de flammes qui continuèrent de la brûler, elle serra les dents tandis que le marcheur griffa son dos, traversant son armure de cuir.

Fumée posa un totem qui vient lui donner la force de la Terre, si présente en ces lieux, et elle se sentit pousser des ailes, elle ignora la terrible douleur de ses blessures et continua de bondir sur ses sabots pour se rapprocher de l'elfe.

Elle abattit alors ses épées sur Bouclerouge, en même temps qu'elle faisait jaillir des flammèches sur celle-ci.

L'elfe manqua de tomber sous le choc et recula, elle se mis alors à faire jaillir une lumière verte de ses mains.
Cette lumière, Fumée compris rapidement qu'il s'agissait d'un flux qui venait de son propre corps.
Elle sentait sa vie peu à peu la quitter, tandis que les blessures de Bouclerouge semblaient se refermer.

Fumée para alors un coup du marcheur qui continuait de tenter de protéger sa maîtresse.
Elle savait qu'elle devait se concentrer sur elle.
Elle fit alors appel à un pouvoir que on lui avait donné il y a peu...

Le don des naarus.
Son front s'illumina de la rune lumineuse, et elle redoubla d'efforts, donnant un coup d'épaule pour écarter de son chemin le marcheur, elle fonça à nouveau vers Bouclerouge, dont le lien aspirait toujours son énergie.
Elle fit alors appel au pouvoir de la terre et une explosion de puissance vint sonner l'elfe.
Elle continuait cependant inexorablement de tenter de se rapprocher : Elle savait qu'elle aurait l'avantage au corps à corps.

Sa brûlure, les coups de griffe et la ponction de vie l'affaiblissaient, mais elle repensa à ceux dont elle avait promis de faire tout son possible. La rune des naarus sembla redoubler de puissance, lui donnant l'énergie et la vitalité nécessaire pour continuer de charger l'elfe.

Arrivant alors à nouveau au corps à corps, l'elfe s'apprêtait à lancer un pouvoir de l'ombre sur la draeneï, lorsque soudain, une deuxième fois, ses épées s'abattirent à nouveau sur le frêle corps de l'elfe.

Bouclerouge tomba à genoux, sous le choc, et c'est alors que Fumée donna un grand coup du plat de son épée sur son crâne, pour l'assommer.

Le corps de l'elfe tomba, en même temps que les larmes qui perlaient sur les joues de Fumée.

Elle suait, elle haletait, tout s'était passé extrêmement vite. Elle doutait d'être véritablement en vie, mais surtout. Elle ressentait un profond désarroi à avoir usé de sa force, et donner coups et blessures à une personne qu'elle ne pouvait s'empêcher de considérer...

Elle se pencha sur son corps et entreprit de soigner ses blessures afin qu'elle n'en meurt pas, sans pour autant la soigner totalement.

Après un long moment, elle se décida :
Elle devait la ramener à la forêt verte. La démoniste servirait de monaie d'échange afin de retrouver les corps de leur morts, bien que cela ne plaise pas à Fumée.
Mais pour cela elle allait devoir la protéger : De nombreux éveillés seraient tentés de la tuer. Et elle ne laisserait pas cela arriver.

Elle la pris dans ses bras et s'ensuivit un très long et fastidieux voyage pour Fumée. Heureusement l'elfe ne pesait presque rien comparé à la draeneï.

Arrivant après une journée presque de voyage, Fumée entra dans la maison commune et la déposa dans la cave, où elle la ligota somairement avec bon nombre de bobine de fil grossier.

Elle se sentait désolée, et posa son regard sur Bouclerouge.

Un regard plein de compassion.

Elle était simplement perdue, ne pouvait-elle s'empêcher de penser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fumée, tout court.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fumée, tout court.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Contes et légendes-
Sauter vers: