Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vivre, peu importe le reste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valek Bérille

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Vivre, peu importe le reste.   Jeu 12 Mai - 21:56

Prendre sa première bouffée d'air frais. Je n'ai jamais connu quelque chose d'aussi douloureux. Celle ci m'as tant fait souffrir que j'ai cru que c'était également ma dernière. Mes yeux ont du mal à s'ouvrir et la première chose que je contemple est un plafond de pierre, avec un espèce de tunnel menant plus haut. Je sent une douleur dans mon dos, et plus je bouge mes muscles, plus j'en souffre. Des os. Je ne saurais dire combien il y en a. Assez pour former un monticule. Je regarde à nouveau le tunnel au dessus. Est ce qu'on jetait les os ici ? J'essaye à nouveau de bouger puis je tombe jusqu'en bas de la pile, dans l'eau glacé. Je suis nu et frigorifié. Il faut que je sorte d'ici.

Il y une ombre.. Elle me dit que l'on peut sortir ? Il le faut. Une douleur au ventre m'informe que je suis affamé et impossible de dévorer les os. Je remonte jusqu'à la surface, après avoir affronter d'autres ombres, à l'aspect sombre. Je respire enfin de l'air frais. Je trouve de quoi m'habiller dans la bâtisse de bois. Des affaires abandonnés ici, ou bien un cadeau ? Je les enfiles. Il faut maintenant que je trouve à manger.

Quel chance, de la petite vermine grouillent près de la grande tour, là où je me suis réveillé. Ils ne sont pas très gros, mais ils sont suffisamment nombreux pour me contenter pour le moment. Le ciel est d'un gris très démoralisant. Il ne change jamais de couleur, malgré la course du soleil. J'ai trouver des os, près de la rivières, entourés de crocilisques. Les bêtes n'ont pas tenus longtemps, comme si ils étaient affaiblis. J'ai arracher quelques un de leurs crocs et me suis couvert de leur sang sur mes bras et mon visage. Peut être auront ils peur de moi si je suis suffisamment effrayant. En fin de journée, j'ai fini d'explorer la région. Elle est assez petite et pratiquement recouverte de montagne partout et d'une rivière au centre. J'ai trouvé quelques rubans, des bobines de fils, et surtout des parchemins et des fioles. J'ai tuer quelques crocilisques et récupérer leur sang pour m'en servir d'encre, pour le moment.

J'ai vu une stèle où quelques lettres étranges semblaient former une suite de noms. Gorn, Rukie, Hemy, Belfess, Neige, Riva, Rouge, Brume, Minideux, Papillon. Est ce le noms de dieux ? Ou de gens comme moi ? La forme des lettres est étrange, mais je la comprend.

J'ai dessiner un genre de carte de la région, grâces aux crocs des crocilisques abattus ce matin et de leur sang. Cela sera utile si je me perd. Je vais garder les parchemins pour le moment, pour dessiner ce qui est important. Il faudra que je me fasse des réserves de sang, pour ne jamais manquer d'encres.


Demain, j'explorerais les terres du soleil levant, où l'eau est partout. Pour le moment, je n'ai rencontré personne. Je vais dormir dans la cave près de la grande tour.
Revenir en haut Aller en bas
Valek Bérille

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Vivre, peu importe le reste. [Partie 2]   Sam 14 Mai - 9:32

Ce matin, je me suis réveillé mieux que la veille. J'ai pu profiter du relatif confort de la pierre par rapport aux os. J'ai ramasser mon barda, des parchemins, du sang, et mes os pour pouvoir me défendre. Peu d'esprits rôde dans la grotte. Je me demande ce qu'ils font, toute la journée à errer ici. Il faudrait trouver un moyen de les laisser partir. Je me lave avant de partir, et c'est dans le reflet de l'eau que j'arrive enfin à voir à quoi je ressemble. Je me trouve assez vieux, sans doutes à cause de la barbe et du crâne entièrement rasé. J'ai des yeux bleus sombres et des cernes, sans doutes dû au manque de confort des deux dernières nuits. Ce qui m'intrigue le plus, ce sont ses dessins tracés sur le côté droit de mon crâne. J'ai du mal à le voir entièrement. Mais j'ai l'impression qu'il s'agit d'un genre d'oiseau, comme ceux que l'on voit dans le ciel des terres grises.



Bref. Après m'être sécher, je sort de la grotte et suit la route sinueuse à travers la vallée grise. Il y a des petites créatures aux griffes acérés et au dard venimeux qui essayent de m'attaquer. Elles doivent être affamés. Tant pis pour elle, je fait au moins trente fois leur taille. Je les écrase de mes os, répandant le peu de sang qu'elles ont sur la terre grise. Un peu de couleur. Me voila enfin arrivé aux terres du soleil levant. D'ailleurs, il m'éblouit peu. C'est un marais brumeux qui se trouve devant moi.

Je passe le clair de ma journée à explorer les terres marécageuses. J'ai repérer deux villages, l'un habités par des choses me ressemblant vaguement, mais bien plus grossier et primitif, l'autre était cosmopolite, des êtres plus ou moins grands, plus ou moins larges, de différentes couleurs et prêt à faire du troc. Ils disent que leur village s'appelle Evigil. Au centre du marais, il y a un genre de grand temple. Je n'ai pas du tout envie de tenter l'exploration, des créatures semblent y roder. Vers le soleil levant, une grande étendue d'eau s'étend à l'infini. Il y a aussi une grotte, près des montagnes d'Evigil et une autre remplie de créatures étranges près du villages des êtres primitifs. Enfin, près d'Evigil, un chemin mène vers des terres aux pierres rouges où des éclairs grondent. La nuit est vite tombée, mais j'ai pu dresser une carte des environs avant que la dernière lueur du jour ne s'en aille.


J'ai rencontré deux personnes aujourd'hui. L'une s'appelle Feuyice qui était sur une grosse bête qui lui servait de monture et l'autre Papillon qui avait une longue épée brillante dans son dos. J'ai déjà vu le nom de Papillon. Apparemment, les autres noms qui étaient marqués avec celui ci étaient des premiers nés. Elles ont l'air amicales, mais veulent me donner un nom. Pas pour le moment, je choisirais quand j'aurais bien réfléchi. Elles m'ont proposé de rejoindre leur village, Hautemaisons. L'endroit est sûre, parait il. Celle appelé Papillon m'as parlé des dieux, celle de la Lune et celle du Soleil, respectivement Elune et Belore. La première poursuit la seconde lorsqu'elle disparait. C'est assez étrange, comme façon de faire. Je prends ces notes avant de partir pour ce village de Hautemaisons, dans la forêt verte. Il me faudra en établir la carte si je ne veux pas me perdre. Feuyice est parti devant, et Papillon m'accompagne. Si je revoit ces deux personnes, je les dessinerais, pour me rappeler de leurs visages.
Revenir en haut Aller en bas
Valek Bérille

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   Jeu 2 Juin - 11:16

Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit. Un loup blanc m'avait mordu la main, alors j'évitais de trop l'utiliser. Je viens de remarquer que j'étais droitier, par la même occasion. Il faudra que j'apprenne à me servir de la gauche, au cas où cela recommencerait.

Les jours sont passés et ce sont révélés assez calmes, mise à part la disparition d'un tauren appelé Laine. J'ai chercher à aider Feuyice et Papillon dans leur recherches avec l'aide d'un nouveau venu que j'ai aider mais dans la nuit noire de la forêt sombre, impossible de voir quoi que ce soit. Les femmes elles n'ont pas l'air d'avoir ce problèmes, sans doutes du à leur yeux brillants.
J'ai aussi rencontrer un homme à la peau grise et aux yeux lumineux mais il semblait malade. Je l'ai quand même mené à Hautemaisons, le plus nombreux nous serons, mieux ce sera.
Je suis rentrer et j'en ai profiter pour terminer la carte de la forêt, coupée par la grande rivière. Elle s'étend jusqu'au sud, dans une jungle très verte. Vers le soleil levant, des terres aux montagnes rouges s'étendent assez loin.


J'ai trouver une épée courte, que je préfère au couteau que m'avait confié Papillon et une hache, que je manie assez bien, même si elle ne coupe pas bien. La plus grande trouvaille reste un arc court et grâce aux savoirs de Barbegrise, j'ai pu me fabriquer des flèches. Avec le cuir qu'il me restait, j'ai une tenue assez résistante et j'ai pu fabriquer un genre de carquois pour y déposer mes flèches. J'ai presque l'impression d'être en sécurité.

Les terres du soleil couchant sera ma prochaine destination. Mais avant ça, il va falloir chasser des loups gris pour manger.
Revenir en haut Aller en bas
Valek Bérille

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   Mar 7 Juin - 5:36

Aujourd'hui, j'ai commencer à explorer les terres du couchant. Il y a un grand manoir au toit jaune, vide comme beaucoup de bâtiment. Il y a une petite cour avec des remparts. Peut être pourrais je m'y installer. Il y a une mine, mais sans pioche, je peut juste gratter pour avoir de la poussière. Il y a un genre de navire de métal dans la grande mer du couchant. Il est assez impressionnant, et en y jetant un oeil de plus près, il y a une statue de tête de lézard à l'une des extrémité. Trouver une autre mine, dans une petite vallée. Plus loin, une grande ville avec des haut rempart. Cela devait être un endroit important, avec le réseau souterrain dessous.

Je suis retourner vers l'intérieur des terres lorsque j'ai remarquer un sanglier attelé à une tâche peu commune. Il était dans le champs juste au nord de la ville fortifié. Il donnait des coups de tête dans un corps ! Et pas n'importe lequel, c'était celui d'un des nouveaux venus que j'avais aider. J'ai accouru, pris mon arc et...



Dans le flanc. La saloperie est résistante. J'ai lâché mon arc, sorti mon couteau et lui ait planter dans la gorge lorsqu'il s'est jeté sur moi. Il a pas mal saigner, mon visage et mes vêtements en était recouvert. Après m'être dégagé la bête qui gisait sur moi, je suis aller voir si le nouveau était conscient. Il bouge pas. Pire encore, il ne respire plus.

Faut pas laisser la mort l'attraper. Je cache mon arc et mon carquois dans la grange et prend le corps du nouveau sur mes épaules pour le transporter dans la ville fortifié. Il pèse pas trop lourd, comme nous tous. On crève de faim. Je le dépose dans l'auberge. Toujours aucune respiration. Il a du se prendre un coup de défense dans les côtes. Perdu trop de sang. Faut le sauver. Ce n'est qu'en restant ensemble et uni que nous parviendrons à survivre. Pas comme ceux de Hautemaisons qui veulent juste "vivre".

Hautemaisons. Sanctuaire. Ils pourront le soigner. Papillon ou un autre.

*L'écriture s'arrête brusquement*
Revenir en haut Aller en bas
Valek Bérille

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   Ven 10 Juin - 22:04

Le nouveau s'en est sorti grâce à la femme cornue du sanctuaire. Il faudra qu'il fasse attention à l'avenir. J'ai récupéré mon arc et mes flèches et je suis reparti en route vers le trou à os de la vallée grise. Je finirais de cartographier les terres du couchant plus tard. Il y a peut être des nouveaux venus.

Pas de nouveaux venus, mais une nouvelle rencontre. Une femme elfe aux cheveux rouges dans une robe rouge. Elle avait un cheval noir qui brulait à certains endroit. Lorsqu'elle est descendu, un être semblable à ceux de feu est apparu mais fait d'ombre. Elle m'as demandé de l'aide pour trouver un assistant fort et vigoureux pour un peu de nourriture. J'ai refusé et je suis reparti. Il est tard, je vais dormir dans une clairière du bois sombre.

Réveil dur. Je vais aller chercher des plantes dans le marais mais un être difforme et sauvage m'as attaqué, et avec une pioche en plus ! Une pioche ! Cette grande nouvelle va me permettre de faire des armures plus résistantes pour les nouveaux. Je passe par Evigil et me dirige vers les nombreuses mines de la forêt verte. Je rencontre une femme cachée derrière un arbre qui prétend me connaitre. Elle est rousse et plutôt jolie. Elle dit que mon nom est Chevalier Valek Bérille Comte de la Marche de l'Ouest. Elle doit me confondre avec quelqu'un, ça me ferait mal de m'appeler Valek. Elle dit avoir des preuves, je demande à les voir. Il parait qu'il y un portrait de moi dans la maison à toit jaune des terres du couchant et aussi un livre qui parle de moi dans le sanctuaire.

Arriver au sanctuaire, la preuve est bien mince, le livre ne fait que citer mon éventuel nom mais la rouquine insiste en prétendant que c'est moi, ce fameux Valek qui serait un chevalier. Je suppose que c'est quelqu'un qui monte à cheval. Il parait que j'étais quelqu'un d’influent dans l'ancien monde. C'est assez étrange cette sensation que quelqu'un peut en savoir plus que vous sur votre passé.

Fatigué, je vais dormir au sanctuaire cette nuit, avec la rousse à mes côtés. Peut être ment elle, ou peut être qu'elle se trompe, mais j'apprécie sa compagnie. Et peut être adopterais je ce nom de Valek. Même si c'est un nom pas très original. C'est mieux que Caillou cependant.

Réveil seul ce matin. Elle a du partir. Bah je la reverrais sans doutes. J'ai enfin pu aller récupérer des minerais et j'ai songé à plusieurs choses à faire avec tout le fer récolté cette journée et pour celle à venir. Une armure de fer, un bouclier et une hache. La mienne est bien trop émoussé pour couper quoi que ce soit. Enfin, c'est pas demain que j'aurais fini. Cela va me demander du temps et des ressources pour fabriquer cela. Le plus difficile sera de récolter et faire fondre le fer, et ajouter des lanières de cuir pour fixer le tout, et un bâton court noueux sera suffisant pour fabriquer le manche de la hache. Les gants, les bottes et la ceinture réclameront plus de cuir, eux cependant, et probablement plusieurs bobines de fils grossiers.


Armure de Valek:
 
Hache de Valek:
 
Bouclier de Valek:
 

Notes de fin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Satrama
Admin
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   Sam 11 Juin - 11:09

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://imagina.forumgratuit.org
Satrama
Admin
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   Ven 1 Juil - 8:14

Pour fabriquer une hache de ce type, il faut une branche d'arbre solide pour faire le manche, quatre barres d'étain pour la lame et deux lanières de cuir pour bien la fixer dessus.

En ce qui concerne le bouclier, ce n'est guerre plus compliquer. Il faut six barres d'étain à marteler, une de cuivre et deux morceaux de cuir solide pour la poignée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://imagina.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vivre, peu importe le reste.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vivre, peu importe le reste.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Contes et légendes-
Sauter vers: