Imagina

Forum de la communauté WOW RP du serveur 0rigine pour le royaume Imagina
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un crinière rouge dans l'herbe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vaubeil

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Un crinière rouge dans l'herbe   Jeu 1 Sep - 14:46

I. Le Réveil

Sur le tas d’ossements et de terre, un être de chair et de sang, à la chevelure flamboyante, au corps grand, sec et musclé était allongé. Lorsque ses sens lui revinrent, ce fut pour sentir l’humidité, les os contre sa peau nue et constater que tout souvenir état parti, balayés par une brume infinie. Quand cet être ouvrit la bouche, c’est après avoir regardé un bref moment au-dessus puis autour de lui :


« Oh bowdel ! Où c’est que je suis ?! »


L’être frotta son visage, puis ses longues défenses, les yeux grand ouverts de surprise et un peu de peur.


« Qu’est-ce que… Nom de… Je ne me souviens de wien ! Qui suis-je ? Où suis-je ? Qu… »


Le troll aperçu quelqu’un qui le regardait, en bas du tas, bras croisés, à côté d’une grosse pierre. Son ennui semblait être total. Le nouvel arrivant saisit un tibia dans le tas qui reposait sous ses pieds aux trois orteils. Il prit un air menaçant, grognant, ses défenses en avant, les muscles bandés, tous les poils qui couvraient son corps en lui donnant une couleur légèrement violette dressés. L’homme à côté de la pierre soupira, et fit un discours de bienvenue, lui apprenant que tous ceux qui sont là, car non, il n’est pas le seul, ne sont ni vivants, ni morts. Il lui demanda de s’approcher de la pierre, de ressentir ce qu’elle veut lui dire, puis le fantôme lui appris que ce n’était pas la seule salle de cet endroit, et qu’il devrait aller visiter le reste. Il lui dit ensuite « Au revoir ». Ce fut ses derniers mots, car son regard parti dans le vague, les bras croisés, appuyé contre le monolithe. C’était peu engageant de savoir qu’il n’avait pas dit « Adieu ». Le troll toucha la pierre de ses trois doigts, et des pensées lui vinrent à l’esprit. Ce monument lui appris que les Dieux lui ont accordé le don de se réveiller, qu’il avait un grand talent caché, et qu’il ne fallait jamais se reposer sur les autres. Les autres… Où et qui sont les autres ?


Le troll parti vers des escaliers, et tomba sur un petit coffre, contenant une fiole vide. Il se servit, fit la connaissance d’un vieil homme criant à l’injustice, qu’i n’avait fait qu’aidé, puis on lui a volé son corps. Peu engageant, ça aussi. En redescendant il vu un livre, et compris qu’il était dans une langue qu’il pouvait comprendre, tout comme ces fantômes. Dedans figurait des écrits comme quoi il fallait savoir choisir ses Dieux. C’était très abstrait et il ne compris que peu le sens. Qui sont ces dieux, ces Demi-Dieux, ces Dieux autrefois mortels ? Le reste des pages était arrachées. Un coup des Autres ? Le troll continua son chemin. Dans son exploration, il lut plein de massages inscrits sur des dalles, tantôt amusants, tantôt menaçants. Il comprit que la Mort était une personne n’ayant pas un grand sens de l’humour avec du respect pour ceux qui ne la fuyait pas, car on ne peut la fuir. Il rencontra d’autres esprits, lui indiquant le passage, où mendiant s’ils peuvent prendre son corps. Il arriva à une grande marre, où il se contempla dans le reflet. Son visage était orné d’une peinture qui devait avoir une signification, mais il ne pouvait la comprendre et son biceps gauche était signé d’un mot : « Vaubeil ». Il remplit la fiole de l’eau la plus pure qu’il put trouver, on ne sait jamais.


Il s’aperçu que la sortie était à la nage. Il ne savait pas s’il savait nager, mais il y avait intérêt. Il réussit. Dans ces eaux, des cadavres y étaient enchaînés, mais le troll ne fut pas effrayé, peut-être un reste de son passé ? Puis ici, on ne meurt pas, à ce qu’il parait. Ses peintures faciales avaient disparues dans l’eau. Tant pis, il ne les comprenait pas. Il fit la rencontre d’une belle femme, enveloppée dans ses cheveux, lévitant, et munie de grandes ailes. Elle lui dit qu’ici, ce n’était pas là où il devait aller. Il s’excusa et rebroussa le chemin, vers un grand amas de terre, et des petits êtres de pourriture. Un d’eux l’attaqua, et fini écrasé sous son pied. Cela se répéta nombre de fois, ratant son coup souvent car cette vermine était assez agile. En en écrasant un, il trouva une sorte de lumière solide, et la pris dans la même main que la fiole. Un sentiment d’accomplissement envahi, il en avait fini avec cette salle. Il fit aussi la rencontre d’un être lui ressemblant, mais les défenses en moins, et avec plus de doigts et d’orteils. Il s’occupait des tombeaux. Il l’averti que dehors, là où on vie, il ne faut jamais se fier aux autres et toujours avoir le dessus sur n’importe qui, car ils pouvaient nous renvoyer ici.


Il remonta des couloirs parsemés d’ossements, croisant des esprits qui n’en avaient cure de sa présence, et au bout du chemin, une vieille femme tournait en rond et lui répétait qu’il ne fallait rien oublié. S’il y a quelque chose que cette crypte, car s’en était une, lui avait appris, c’est qu’il fallait tout enregistrer dans un coin de sa tête, et se méfier des vivants, des morts et des Dieux, même s’il n’a aucune idée de ce à quoi ressemble chacun d’eux. Un deuxième être lévitant enveloppé dans ses cheveux l’attendait devant une grille. Pour reprendre vie, il fallait lui donner une « essence de vie ». Le troll n’avait aucune idée de ce que c’était, mais la vieille dame lui montra la lumière qu’il avait dans la main. Il la donna à l’être ailé, puis confirma qu’il voulait voir le monde, ne sachant trop pourquoi, mais cette crypte n’était pas sa place. L’être mystique entra dans son esprit et ce fut encore le trou noir. Quand il se réveilla, ce fut toujours nu, allongé dans ce qu’il appelait de l’herbe, ne sachant comment il connaissait ça. Il soupira, et resta allongé, dans un fou-rire nerveux. Il respirait l’air, ressentait la chaleur du soleil et entendait des chants venant des arbres. Ce devait être la vie.


II. Dehors

Une fois décidé de se lever, il alla au centre du village, regardant les bâtiments, les gens, la nature... Une dénommée Feuyice l’accueilli et le nomma "Vaubeil", parce que c'est écrit sur lui. Ils firent connaissance, elle lui appris qu'il était un Troll, et lui montra où s'habiller, fort utile dans cette société couverte et où le temps peut être froid. Ensuite, la visite visite du village débuta, où il fit la connaissance de plusieurs artisans et habitants de Hautemaisons. Il rencontra aussi Papillon. Son nom avait l'air de bien lui aller car il trouvait qu'elle voletait un peu partout. Le lendemain, il entreprit de visiter les alentours en compagnie de Papillon. Il fit la rencontre d'Emiade vers le sanctuaire de la Lumière. A propos de la Lumière, il l'a trouvé faible, que ce n'était pas de ce Dieu-ci qu'il voulait attirer les faveurs. Plus tard, l'Elfe bleue et le Troll s'enfoncèrent un peu au Nord, et parvinrent à découvrir la vérité sur la mort de Barde, qu'il ne connaissait que par Papillon. Cette dernière, par pure gentillesse, lui donna de quoi se protéger et de quoi faire des dégâts. Ce geste lui alla droit au cœur, et se mit en tête de rejoindre la communauté d'Hautemaisons.


Ayant en tête d'aller cueillir de belles fleurs pour Papillon, il fit la rencontre d'Harmonie, ou Hazel. Il la questionna sur un peu tout et rien en rapport avec ses livres, dont les deux versions de Papillon. Il décida de lui faire part de sa quête de belles fleurs. L'humaine l’emmena d'abord dans les Plaines. Le paysage lui coupa le souffle. Tout était plus beau que dans la Forêt Verte, et il pourrait facilement prendre la meilleure maison, la seule habitante étant cette femme rousse. Elle lui parla brièvement de son passé : elle en connaissait une partie. Si infime soit-elle, elle lui avait été révélée par la Lumière. Vaubeil renforça son idée comme quoi la Lumière était trop faible pour ce qu'il cherchait. Il lui fallait un Dieu puissant, aux pouvoirs colossaux. En plus, il semblerait que la Lumière ai été mise en péril par l'Ombre, dans les récits des premiers Eveillés. Harmonie lui montra le chemin jusqu'à la Jungle, elle fut sa guide jusqu'à ce qu'ils plongent dans la rivière, après, ils découvrirent ensemble. La Jungle était grande, ils ne se promenèrent que dans une petite partie délimitée par la rivière. Ils y trouvèrent de très anciennes ruines, Trolles ou Taurènes, les représentations des habitants étaient approximatives. Ceux qui peuplèrent ces ruines vénéraient une sorte de lézard-oiseau. Le troll su déchiffrer un mot, "Hakkar", dans ce qui paraissait être une prière écrite six fois d'affilée sur un instrument de musique. Cueillant quelques belles fleurs, ils arrivèrent à un ancien campement dont le port avait dû coulé. Ils y passèrent une merveilleuse nuit. Le lendemain, dès qu'il fut réveillé, Vaubeil parti à la chasse, tua un homme-bête qui lui semblait fort appétissant, découpa ce qu'il pu en viande, et trouva un coffre, qui contenait de la poussière lumineuse, un gros cristal scintillant et quelques petites billes lumineuses. Durant son exploration, il découvrit aussi des poèmes guerriers, sûrement des prières. Il les récita haut et fort, sans résulta. Mais il nota ce qu'il trouva dès qu'il le pu :

Une Lune brille au-dessus de la Vallée
Noyant la jungle de ses lueurs
C'est là que de fiers guerriers suivent l'appel
De notre pays et de ses terres sacrées.

Une Lune brille au-dessus de la Vallée
Bien au-dessus de la clameur des combat
Où se verse le sang
De l'ennemi et de nos camarades.

Et lorsque nos frères passent
Dans le royaume dont on ne sait rien
L'âme et l'esprit se durcissent
Loin sous la Vallée.

Et lorsque nos frères passent
Dans le Temple de la montagne
Nous protégeons leur esprit immortel
Enchâssé dans le saint cristal bleu.

Et lorsque nos frère passent
Une Lune brille au-dessus de la Vallée.

Lors d'une promenade sur la plage à la recherche de quelque chose parmi les ruines, il se rendit compte que quelqu'un le pistait. Qui ? Pas Harmonie, elle était resté là où ils avaient passé la nuit. Il se débrouilla pour la semer, puis pris de la hauteur sur une ruine en amont. Se pensant enfin en sécurité, le Troll soupira, quand une voix l'informa qu'une flèche était prête à partir dans son dos au moindre faux mouvement. C'était la dame bleue aux sabots des histoires des premiers Eveillés. Il lui informa de ses intentions, et de sa recherche à trouver une divinité suffisamment puissante pour lui. L'Exilée lui parla des Loas. Vaubeil dû lui remettre ses objets les plus précieux pour faire une offrande et espérer être entendu des Loas. Il n'avait aucune assurance qu'elle ferait ce qu'elle disait. Le Troll ne pouvait qu'espérer et réciter sa prière sous la lune.

Quelques jours après cette rencontre, le Troll attendait la Draeneï au lieu de la première rencontre. Elle l'initia un peu à la culture Trolle qu'elle avait pu comprendre, le fait qu'ils était un Empire, qu'ils avaient tant de puissance que les Éléments pouvaient être mis en danger par cet Empire. Cela l'inspira. Il voulait en savoir plus. La nuit tombé, la dame bleue l'emmena dans une grotte, parler avec un ancien esprit troll de l'ancien monde. Il lui donna des conseils pour être remarqué des Loas, de se méfier de certains, de ne pas évoquer une sombre période où les trolls se retournèrent contre leurs divinités. Après cette rencontre, la Draeneï lui offrit une place près de son foyer, et lui affirma que son offrande précédemment donnée avait été entendue par Zanza. Il se coucha avec plein de rêves, et un but pour son avenir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un crinière rouge dans l'herbe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagina :: [RP] Imagina :: Contes et légendes-
Sauter vers: